Jimmy Mohamed : "Le Magazine de la santé, c’est un gage de sérieux"

Nathalie Guyon

Pourquoi avoir choisi de filmer les urgences de nuit ?

Jimmy Mohamed : J’ai un souvenir particulier de ce service, que j’ai connu comme interne. Au moment de la garde, on est un peu les propriétaires de l’hôpital. La nuit est un moment à part, où quasiment tous les services tournent au ralenti, certains ferment même, faute de personnel. Je voulais aussi mettre en avant les soignants, à qui on ne donne pas souvent la parole.

Et ce n’est pas n’importe quel service d’urgence que vous montrez, c’est celui de l’hôpital Cochin, à Paris, où vous avez été interne il y a dix ans. Qu’est-ce qui a changé depuis ?

Elles ont été réorganisées, fluidifiées. Néanmoins, j’ai l’impression que l’on fait toujours face aux mêmes problématiques. Ce que l’on montre au travers de la crise des urgences, c’est la crise de l’hôpital public. J’ai trouvé aussi que les patients qui y viennent sont plus âgés, isolés…

À lire également

Le Magazine de la santé (France 5) Jimmy Mohamed sur son départ d'Europe 1 : "On tourne la page et on se quitte bons amis"

Ce n’était pas trop difficile pour vous de rester à la place du journaliste, plutôt qu’à celle du soignant ?

C’était un...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles