Jihadistes français : "Il faut une volonté politique de rapatriement", plaide le coordonnateur des juges antiterroristes

franceinfo avec AFP

C'est une prise de parole inédite. Le juge d'instruction David De Pas, coordonnateur du pôle antiterroriste du tribunal de Paris, estime qu'on "risque de repartir sur un cycle infernal" si les autorités françaises ne prennent pas la décision de rapatrier les jihadistes français du groupe Etat islamique. Le magistrat évoque notamment un "risque de sécurité publique" alors que l'offensive turque dans le nord de la Syrie fait craindre la fuite de prisonniers jihadistes aujourd'hui détenus dans les camps kurdes.

La question du rapatriement est un enjeu de sécurité et de justice à long terme. (...) Il faut une volonté politique de rapatriement.

Le juge David De Pas

à l'AFP

Près de 800 femmes et enfants de jihadistes étrangers se sont évadées du camp de déplacés à Aïn Issa, selon les autorités kurdes. Au moins trois Françaises ont été "récupérées" par des jihadistes, d'après des informations de leurs proches transmises à leur avocate. Quelques jours plus tôt, déjà, cinq membres du groupe terroriste s'étaient échappés d'une prison près de la ville de Qamichli (nord-est), selon les forces kurdes.

Le risque de "migrations incontrôlées" vers l'Europe

"L'instabilité géopolitique de la région et la porosité de ce qu'il reste des camps kurdes laissent redouter deux choses, résume David De Pas. D'une part des migrations incontrôlées des jihadistes vers l'Europe avec le risque d'attentat par des personnes très idéologisées et d'autre part la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi