« Jihad » sur un tee-shirt d'enfant : la CEDH donne raison à la France

·1 min de lecture
« Devant les instances nationales et devant la Cour européenne, le requérant a argué du caractère humoristique des inscriptions litigieuses », note la cour basée à Strasbourg.
« Devant les instances nationales et devant la Cour européenne, le requérant a argué du caractère humoristique des inscriptions litigieuses », note la cour basée à Strasbourg.

Le 25 septembre 2012, un petit garçon de trois ans était allé à l'école avec un tee-shirt portant les mentions « Je suis une bombe », et « Jihad, né le 11 septembre », en 2012 à Sorgues (Vaucluse). La directrice de l'établissement avait effectué un signalement à l'inspection académique et au maire de la commune, qui avait saisi le procureur de la République. La mère du garçonnet et son oncle qui lui avait offert le vêtement avaient été relaxés en première instance par le tribunal correctionnel d'Avignon, mais la cour d'appel de Nîmes les avait condamnés à un mois de prison avec sursis et 2 000 euros d'amende pour la mère, et à deux mois de prison avec sursis et 4 000 euros d'amende pour l'oncle.

L'oncle s'était tourné vers la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) pour contester ce jugement. Mais l'instance a considéré valable jeudi sa condamnation par la France. « Devant les instances nationales et devant la Cour européenne, le requérant a argué du caractère humoristique des inscriptions litigieuses », note la cour basée à Strasbourg. Mais celle-ci rappelle que si « le discours humoristique ou les formes d'expression qui cultivent l'humour sont protégés par l'article 10 de la Convention » européenne des droits de l'homme (qui protège la liberté d'expression), ils n'échappent pas aux limites définies par l'article. « En effet, le droit à l'humour ne permet pas tout et quiconque se prévaut de la liberté d'expression assume des ?devoirs et des responsab [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles