Le Jihad islamique annonce la mort d'un de ses chefs dans une frappe israélienne sur Gaza

Des pompiers s'affairent près d'un immeuble touché par une frappe israélienne dans la bande de Gaza, en Palestine, le 5 août 2022 - Mohammed ABED / AFP
Des pompiers s'affairent près d'un immeuble touché par une frappe israélienne dans la bande de Gaza, en Palestine, le 5 août 2022 - Mohammed ABED / AFP

Quatre personnes dont le chef du groupe armé palestinien Jihad islamique et un enfant ont été tués vendredi, dans une frappe israélienne sur la bande de Gaza, ont indiqué le ministère de la Santé et l'organisation Jihad islamique.

"Le nombre de martyrs est passé à quatre, notamment une fillette de cinq ans", a indiqué le ministère de la Santé.

Le groupe armé palestinien a peu avant annoncé la mort de l'un des chefs dans un communiqué dans la ville de Gaza, alors que l'armée israélienne avait indiqué viser cette organisation dans ces raids sur l'enclave palestinienne.

"Le mouvement Jihad islamique en Palestine et sa branche armée les brigades Al-Qods pleurent la mort du grand commandant jihadiste Tayseer Al-Jabari", a rapporté l'organisation.

La Palestine accuse Israël de vouloir "déclencher une guerre"

L'armée israélienne a mené vendredi des frappes sur la bande de Gaza visant le groupe armé Jihad islamique, qui a accusé en retour l'État hébreu de vouloir "déclencher une guerre" contre le peuple palestinien.

L'armée israélienne "est en train de frapper la bande de Gaza" et cette opération vise l'organisation Jihad islamique, a indiqué l'armée dans des communiqués.

"L'ennemi a déclenché une guerre contre notre peuple et nous devons collectivement nous défendre et défendre notre peuple, nous ne permettrons pas à la politique de notre ennemi de saper notre résistance", a réagi le Jihad islamique dans un communiqué.

Un chef du Jihad islamique arrêté lundi

Ces raids surviennent après l'arrestation lundi d'un chef du Jihad islamique en Cisjordanie occupée, Bassem Saadi. Les autorités israéliennes craignaient des attaques en représailles en provenance de la bande de Gaza, enclave contrôlée par les islamistes du Hamas où le Jihad islamique est bien implanté.

Peu de temps avant les frappes, le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a affirmé que les forces israéliennes "se préparaient pour toute action devant être prise sur tous les fronts, dans les régions du nord, du centre et du sud d'Israël".

L'armée israélienne avait ordonné mardi la fermeture des passages frontaliers, contraignant des milliers de Gazaouis, titulaires de permis de travail en Israël, à rester chez eux. Cette fermeture a ralenti la livraison de diesel, généralement acheminé par camion depuis l'Egypte ou Israël et nécessaire pour alimenter la centrale électrique de Gaza.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles