Ji-min Park, rencontre avec la combattante de «Retour à Séoul»

© Les Films du Losange

Sur l’affiche du film, avec un blouson en cuir façon Trinity de «Matrix», elle semble défier le spectateur du regard. Arriverez-vous à comprendre les combats intérieurs que mène Freddie, jeune femme d’origine sud-coréenne qui cherche à retrouver ses parents ? Pour Ji-min Park, plasticienne de profession, devenir actrice n’avait rien d’une évidence. Elle crève pourtant l’écran dans «Retour à Séoul», deuxième film du talentueux Davy Chou («Diamond Island») qui affole la critique américaine.

«C’est rare de voir un film avec tout le temps la même tête sur tous les plans, nous confie-t-elle dans un sourire. Alors une femme vue par un homme…» Pour qu’elle accepte d’interpréter Freddie, il lui fallait des gages. «Je n'avais pas le désir d'être actrice. J'ai rencontré Davy Chou par un ami en commun, un Coréen adopté comme le personnage principal, Erwan Ha Kyoon Larcher, lui-même artiste… Quand il m'a proposé de jouer dans le film, cela a été très progressif. On a fait des essais caméras, j'ai participé au casting des autres personnages. Pour le personnage de Freddie, il a mis du temps à se décider (rires). Le moment où je me suis vraiment dit: « ok, je vais m'engager à fond », c'est quand Davy Chou a vraiment accepté que l'on fasse un travail de déconstruction du scénario ensemble.»

En bref, Freddie, c’est un peu/beaucoup et surtout passionnément elle. «J’ai beaucoup de retour d'hommes qui me disent que Freddie est exaspérante. Cela me fait doucement rire. Si le personnage de F...


Lire la suite sur ParisMatch