Les jeux vidéo, un bienfait pour la santé mentale en période de confinement ?

·2 min de lecture

Alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît depuis 2018 l'addiction aux jeux vidéo comme une maladie mentale, des chercheurs de l'université d'Oxford ont trouvé une corrélation entre ces jeux et le bien-être.

Répondez à quelques questions pour participer à Europe Talks et dialoguer avec un autre Européen

Et si c'était une solution aux effets psychologiques du confinement ? Dans une étude publiée lundi 16 novembre et basée sur les jeux "Animal Crossing" (Nintendo), l'un des plus populaires au monde, et "Plants vs Zombies" (Electronic Arts), des chercheurs de l'université d'Oxford concluent que jouer aux jeux vidéo peut être bon pour la santé mentale.

"Contrairement aux craintes répandues selon lesquelles un excès de temps passé à jouer mène à une addiction et à une santé mentale affectée, nous avons trouvé une petite corrélation entre le jeu et le bien-être", ont résumé les auteurs de l'étude.

>> À lire aussi : "Reconfinement : 'Il y a une usure psychique générale car on ne voit pas le bout de cette crise'"

"Nos résultats confortent l'idée que les jeux en ligne offrent une alternative satisfaisante aux rencontres en face-à-face en cette période exceptionnelle" de confinement, a expliqué à l'AFP un des auteurs de l'étude, Matti Vuorre.

Les jeux vidéos, notamment les jeux en ligne, sont régulièrement accusés d'affecter la santé mentale des joueurs, et des études antérieures ont critiqué l'effet de séances trop longues de jeu sur les plus jeunes. Depuis 2018, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît ainsi l'addiction aux jeux vidéo comme une maladie mentale, une "décision critiquée par de nombreux chercheurs" selon Matti Vuorre.

Pour expliquer cette différence de conclusion, les chercheurs d'Oxford mettent en avant l'utilisation de données de temps de jeu fournies par les développeurs, là où des études précédentes se basaient sur des auto-évaluations des personnes sondées.

"Dans notre étude, l'association entre temps de jeu réel et bien-être était plus forte" qu'en comparant avec le temps de jeu rapporté, explicitent-ils.

En travaillant avec les éditeurs de jeu EA et Nintendo, "pour la première fois, nous avons pu questionner la relation entre la façon de jouer et le bien-être", précise un autre auteur de l'étude, le professeur Andrew Przybylski, dans un communiqué de presse.

Ainsi, les personnes ayant passé plus de quatre heures par jour en moyenne à jouer à "Animal Crossing" se disaient plus heureuses. Le jeu de simulation "Animal Crossing" comme celui de tir "Plants vs Zombies" possèdent tous les deux des graphiques colorés, proches du dessin animé, et ni l'un ni l'autre ne font partie des titres les plus controversés pour leur violence, ou leur incitation à dépenser de l'argent.

"Nos résultats étaient remarquablement similaires pour les deux titres, qui n'appartiennent pas au même genre", a souligné Matti Vuorre. "Des études ultérieures seront l'occasion d'étudier un plus vaste échantillon de genres."

Avec AFP