Jeux de société : comment ils racontent les grandes civilisations antiques

G. DAGLI ORTI/ DE AGOSTINI PICTURE LIB. / AKG IMAGES

À partir de sources écrites, archéologiques et iconographiques, un projet européen inédit, mené par une douzaine de chercheurs, a permis de mettre en évidence la place sociétale, culturelle et religieuse qu'occupait le jeu dans l'Antiquité égyptienne, grecque et romaine.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°911, daté janvier 2023.

Aristote (384-322 avant J.-C.) pensait qu'"il serait étrange que la fin de l'Homme fût le jeu ". Que le philosophe grec ait tort ou raison, le jeu fut en tout cas présent au commencement de l'humain. De là à dire qu'il naquît avec lui… Des temps préhistoriques, aucune trace de jeu n'est à ce jour parvenue jusqu'à nous. Mais il est difficile de croire que les premiers petits sapiens ne se livraient pas à des espiègleries en plein air ou que leurs aînés n'avaient pas mis au point des façons de se divertir avec ce que la nature avait à leur offrir.

Quoi qu'il en soit, la première preuve concrète remonte au 4e millénaire avant J.-C. en Égypte, avec la pratique du jeu de pions. Au sein de la nécropole prédynastique d'El-Mahasna, dans la région d'Abydos, un petit plateau en terre cuite et ce que des archéologues décrivent comme des pièces de jeu ont été exhumés en 1909 d'une tombe de femme. Ce premier ancêtre supposé de nos jeux de plateau aurait accompagné la défunte dans son dernier voyage entamé il y a plus de 5000 ans…

Mais qui, lorsqu'il songe aux anciens Égyptiens ou aux peuples des premières cités mésopotamiennes, visualise une tranquille partie de jeu de société entre deux individus ? Les hommes, les femmes et les enfants de ces époques reculées n'ont pourtant pas passé tout leur temps à cultiver, bâtir des temples ou faire la guerre. Ils ont aussi vécu leur quotidien comme nous vivons le nôtre, en jouant régulièrement, parfois même déraisonnablement, dans la sphère publique comme au sein de leur foyer.

L'omniprésence du jeu dans les différentes sociétés de l'Antiquité n'a pourtant pas toujours suffi à lui donner son importance en archéologie. Il a y encore quelques années, la culture ludique n'avait même presque jamais été étudiée scientifiquement, malgré l'abondance des objets retrouvés pour la période antique. "Longtemps, le jeu a été considéré comme un chapitre mineu[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi