Jeux paralympiques Tokyo: la France espère encore mieux en 2024 à Paris

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L’équipe de France paralympique quitte Tokyo avec un nombre de médaille plus élevé qu’il y a cinq ans à Rio. Les tricolores ont obtenu 11 médailles en or, 15 en argent et 28 en bronze. Ils terminent à la 14e place mondiale. De bon augure dans la perspective de Paris 2024 où il faudra s’illustrer à domicile.

De notre envoyé spécial à Tokyo,

« Le contrat est rempli. Maintenant nous avons l’ambition d’avoir 60 médailles à Paris et plus en or », avance Jean Minier, chef de mission de l’équipe de France, alors que les Bleus rentrent avec 54 médailles dont 11 en or.

Les tricolores rêvent d’imiter les Britanniques qui avaient brillé en 2012 à domicile (120 médailles et 34 en or). L'ambition de Paris 2024 est d’« offrir la plus belle vitrine » aux Jeux paralympiques, a assuré le président du comité d'organisation des prochains Jeux olympiques et paralympiques, Tony Estanguet, lors de son récent passage à Tokyo. L’ancien kayakiste triple médaillé d’or aux JO a été « marqué » par la réussite des Britanniques. Pour la Grande-Bretagne, depuis vingt ans, de mauvais Jeux paralympiques, c'est une troisième place au tableau des médailles et ce n'est arrivé qu'une fois.

Imiter la Grande-Bretagne

Aux Jeux paralympiques de 2012, les athlètes avaient aussi été marqués par le nombre de spectateurs dans les enceintes de compétition. « J’ai couru devant 80 000 personnes au stade olympique, c’était très impressionnant », nous racontait il y a quelques jours le Français Trésor Gauthier Makunda qui a quitté le Japon avec une médaille de bronze autour du cou. À Paris, du public dans les stades pourra certainement changer la donne.

Une des spécificités du modèle britannique réside dans l'intégration des pratiquants handicapés au sein des Fédérations de chaque discipline. Depuis un arrêté du 31 décembre 2016, la France l'a imité. Après treize premières Fédérations ayant reçu la délégation pour les personnes handicapées physiques et sensorielles, elles sont seize depuis 2020.

Le cycliste François Pervis qui a rejoint le paracyclisme au sein de la Fédération handisport en s'associant en tandem à Raphaël Beaugillet loue le modèle des Britanniques. « Ils considèrent le handisport à la même hauteur que celui des valides, dit-il. Ils partagent les créneaux d'entraînement au vélodrome national. Nous si on en demande, on va nous rire au nez. »

À la recherche de nouveaux talents

« Il y des satisfactions, quelques déceptions mais aucune désillusion. On est sur le chemin de la réussite de Paris 2024 », dit Stéphane Lelong, en charge du tennis de table pour la fédération handisport en tant que conseiller technique et sportif depuis septembre 2016 (CTS du ministère des Sports). « On espère que toutes les médailles de bronze remportées par la délégation française vont se transformer en or dans trois ans, ajoute-t-il. On est désormais sur l’amélioration des détails plutôt que dans une révolution de fond. Avec la perspective de Paris 2024, la France avait mis en place des moyens. Et les bons résultats de Tokyo prouvent que l’on est sur le chemin de la réussite de Paris ».

Pour Stéphane Lelong, la médiatisation de Rio 2016 avait déjà permis de voir des jeunes arriver. « Ils seront là pour Los Angeles en 2028 ou encore Brisbane en 2032 », avance-t-il. Pour faire un bon joueur de para tennis de table, il faut environ 10 années selon Stéphane Lelong.

À trois ans des Jeux de Paris, c’est la quasi-absence de relève dans certaines disciplines qui peut inquiéter. Exemple, le para badminton ne recense que 200 pratiquants. La caisse de résonance offerte par les Jeux de Tokyo pourrait attirer de nouveaux candidats.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles