Jeux paralympiques : « Dépasser le handicap pour parler de performance »

·1 min de lecture
Pauline Déroulède, championne de tennis-fauteuil, coanimera une émission quotidienne pendant les Jeux paralympiques.
Pauline Déroulède, championne de tennis-fauteuil, coanimera une émission quotidienne pendant les Jeux paralympiques.

Tokyo bat de nouveau au rythme olympique. Jusqu?au 5 septembre, 4 400 athlètes issus de plus de 130 délégations s?affrontent, selon leur handicap, sur les terrains des 22 disciplines inscrites au programme paralympique ? 23 si l?on considère la distinction officielle entre cyclisme sur piste et cyclisme sur route.

Forte de 138 athlètes handicapés physiques, sensoriels ou en situation de handicap intellectuel, engagés dans 19 disciplines, la délégation française pourra compter sur ses têtes d?affiche qui ont déjà marqué l?histoire à Rio en 2016 et à Londres en 2012, ainsi que sur des novices qui, pour leurs premiers Jeux, ont les capacités de s?illustrer à Tokyo. Alors que la cycliste Marie Patouillet a déjà décroché le bronze et le nageur Ugo Didier l?argent, les Bleus visent 35 récompenses contre 28 seulement en 2016. Championne de France de tennis-fauteuil et consultante pour la chaîne L?Équipe, Pauline Déroulède nous livre les enjeux de la compétition.

La rage de vaincre

Tout peut basculer si vite dans une vie, si vite que le passé s?efface comme dans un rêve. « Si les athlètes paralympiques existent, c?est aussi qu?ils ont eu un parcours de vie qui les a menés à choisir le sport pour se reconstruire », débute Pauline Déroulède. Et la championne de tennis-fauteuil en sait quelque chose. Le 27 octobre 2018, sur un trottoir du XVe arrondissement, à Paris, la jeune femme est à l?arrêt sur son scooter pendant que sa compagne achète un bouquet de fleurs. Survie [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles