Aux Jeux Olympiques, l'engagement politique interdit aux athlètes

·2 min de lecture

Le CIO a confirmé cette semaine que les athlètes ne pourront pas afficher de message politique lors des Jeux Olympiques qui doivent avoir lieu en juillet à Tokyo et en 2022 à Pékin.

Alors que de plus en plus de sportifs s’engagent sur les questions sociétales, le CIO a confirmé cette semaine que les athlètes olympiques n’auront pas le droit d’afficher de message politique lors des prochains JO de Tokyo, en juillet, et de Pékin, en 2022. Le Comité International Olympique, qui s’est toujours prononcé contre la tenue de propos ou de signes distinctifs politiques lors des compétitions, a prohibé toute «manifestation ou propagande politique, religieuse ou raciale». Cette décision a été annoncée jeudi, après une consultation auprès de la commission des athlètes. «Plus des deux tiers des 3 547 sportifs interrogés ont jugé qu'il n'était pas approprié de manifester ou d'exprimer son point de vue sur le podium, sur un terrain ou lors de cérémonies officielles», a déclaré le CIO dans un communiqué. «Les personnes interrogées tendent à penser qu'il est approprié que les athlètes manifestent ou expriment leurs opinions dans les médias, lors de conférences de presse et dans les zones mixtes» mais pas sur les podiums ou les terrains de sport.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L’histoire se souvient pourtant du geste des deux Américains John Carlos et Tommie Smith, qui avaient levé le poing aux JO de Mexico en 1968, en soutien au Black Power. Mais le CIO a indiqué jeudi que les slogans «Black Lives Matter» ou autres engagements politiques, seraient donc bannis des cérémonies de remises des médailles. En revanche, le port de vêtements montrant(...)


Lire la suite sur Paris Match