Les jeunes qui ont sauté sur le blaireau ne seront pas poursuivis

·2 min de lecture

Malgré la mobilisation des associations de protection animale, les jeunes fêtards de Saint-Didier-de-la-Tour (Isère) qui ont "torturé" un blaireau ne seront pas poursuivis en justice pas les autorités. 

La vidéo atroce a fait le tour des réseaux sociaux ce week-end. On y voit un groupe de jeunes lors d’une fête sautant tour à tour à pieds joints sur un blaireau. Les faits auraient eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche, au cours d'une soirée à Saint-Didier-de-la-Tour, en Isère. Depuis que les images sont devenues virales, les associations de défense des animaux se sont saisies de l’affaire afin de «faire punir» les auteurs pour «cruauté animale».

L’enquête a été confiée aux gendarmes de la brigade de La Tour-du-Pin. Entre le dimanche et lundi, plus d’une dizaine de mineurs et de jeunes majeurs ont été entendus, d’après le «Dauphiné Libéré. «Et en l’état, il est quasiment acquis que l’animal était bel et bien mort lorsque les participants à la soirée ont filmé leurs agissements. Certains défenseurs des animaux estimaient que le blaireau ‘bougeait’ encore sur une vidéo. Mais il était probablement en train d’agoniser après avoir été percuté par une voiture», détaille le journal.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

135 euros d'amende

Avec cet argument, les autorités ont décidé de ne pas envisager de poursuites judiciaires contre les prévenus. Le motif ne peut être invoqué que lorsque l’animal victime est vivant. «De toute évidence, ce blaireau n’était ni un animal captif, ni un animal apprivoisé, encore moins un animal domestique. Or, seuls ces trois statuts sont considérés par la loi», poursuit le «Dauphiné». «Ce(...)


Lire la suite sur Paris Match