Un jeune routier positif aux opiacés à cause d’un sirop contre la toux

Photo d'Illustration d'un test salivaire lors d'un contrôle de gendarmerie.
Photo d'Illustration d'un test salivaire lors d'un contrôle de gendarmerie.

Un mal de gorge aux conséquences désastreuses. Un jeune homme de 19 ans, originaire de Haute-Saône, a perdu son permis de conduire et son travail en avril, alors qu'à l'origine il avait simplement mal à la gorge. Un soir, alors très irrité à cet endroit, sa mère lui a donné du sirop contre la toux, raconte L'Est républicain. Et c'est ce sirop qui a tout déclenché : il s'agissait de Dimétane, un antitussif opiacé. Le lendemain matin, le jeune homme, qui s'appelle Björk, a repris du sirop et pris le volant pour rejoindre un ami à Dijon. Il a été intercepté par les gendarmes, qui l'ont donc contrôlé positif aux opiacés, lui retirant ainsi son permis.

Björk a d'abord été soumis à un test salivaire, qui est revenu positif. Par souci de vérification, comme le jeune homme assurait n'avoir rien fumé ni consommé, les gendarmes en ont fait un deuxième, positif aussi. Un troisième a ensuite été envoyé en laboratoire. Même résultat.

Le jeune homme de 19 ans, chauffeur routier, n'a pas seulement perdu son permis dans l'histoire. Il a aussi perdu son travail. Depuis ce soir d'avril, Björk et sa mère font tout pour faire reconnaître la défaillance de ces tests salivaires, auxquels procèdent les gendarmes auprès des automobilistes. « Nous avons demandé un contre-test à notre médecin traitant, analyse de sang et d'urine », a expliqué la mère de famille à L'Est républicain. Ces nouvelles analyses sont revenues négatives.

Gérald Darmanin avisé du dossier

« Mon fils, j'en réponds [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles