« Jeune et Golri » : un ovni fun et très coloré sur OCS

·1 min de lecture
Jehanne Pasquet et Agnès Hurstel (Alam et Prune).
Jehanne Pasquet et Agnès Hurstel (Alam et Prune).

Ne cherchez pas : la série Jeune et Golri ne ressemble à aucune autre. Lancée et produite par OCS, elle a reçu il y a quelques jours à Lille, lors du festival Séries Mania, le prix de la meilleure série française. De quoi enthousiasmer (le mot est faible) sa cocréatrice et interprète principale, la craquante Agnès Hurstel, qui, après avoir tourbillonné de joie sur scène dans sa robe Paco Rabanne, a clamé haut et fort son envie de continuer à raconter des histoires, telles qu?elle se passe dans la « vraie vie ». Un leitmotiv bien présent dans ce petit ovni qui a démarré le 2 septembre sur OCS.

Les histoires comme on les vit

Jeune et Golri (rigole en verlan pour désigner ce qui est « rigolo »), c?est l?histoire de Prune, la petite vingtaine, comédienne de stand-up, indécrottable gamine qui tombe amoureuse de Francis, 47 ans, barbant comme un « papier peint », flanqué d?Alma, une gamine aussi mûre que Prune est puérile. Le pitch est presque parfait, mais il manque, pour aller au bout de la description de cette série de huit fois 20 minutes, quelques mots sur le ton bourré de fantaisie, drôle et virevoltant, à l?image de sa créatrice.

Au menu : un univers musical gentiment pop qui rappelle les notes joyeuses de Vladimir Cosma ou de François de Roubaix et des interludes pastel tendance fluo, inspirés de la BD ou de l?animation, qui viennent articuler les scènes, avec légèreté. « Quand on a peu de moyens financiers, il faut savoir se montrer inventif », sourit Agnè [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles