Une jeune fille autiste retrouvée en pleine nuit enfermée dans les toilettes de son collège

·3 min de lecture
Une jeune fille autiste enfermée pendant plusieurs heures dans les toilettes de son collège.

Alors que sa famille, inquiète de ne pas la voir rentrer du collège, avait lancé l’alerte en début de soirée mardi 1er décembre, une jeune fille autiste a été retrouvée quelques heures plus tard, après s’être retrouvée enfermée dans les toilettes de son collège à Aubervilliers, dans des circonstances qui restent à éclaircir.

Des dysfonctionnements à plusieurs niveaux et une grosse frayeur pour la famille de la jeune Djeneba, 12 ans. Souffrant de troubles autistiques, cette élève du collège Gisèle Halimi d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) est restée introuvable pendant plusieurs heures, dans la soirée du mardi 1er décembre.

Inquiets de ne pas la voir revenir de l’école, ses proches ont lancé l’alerte et les recherches se sont rapidement organisées. En compagnie de voisins et d’enseignants du collège Gisèle Halimi, plusieurs membres de la famille de Djeneba se sont ainsi introduits dans l’établissement scolaire vers 21h30, rapporte France Bleu.

“Elle était sous le choc, dans son coin, sans bouger”

De nombreuses pièces du collège étant fermées à clé, les proches de la jeune disparue vont cependant devoir se rendre au commissariat pour demander l’intervention immédiate de la police. Une patrouille est finalement envoyée vers 2h30 du matin. “Les policiers parviennent à entrer dans les toilettes de la cour de récréation et c'est là qu'ils retrouvent la petite fille”, explique un élu local qui a participé aux recherches, cité par France Bleu.

VIDÉO : le danger des traitements alternatifs pour les enfants atteints d’autisme

“Elle tremblait, elle était sous le choc, dans son coin, sans bouger, on a essayé de la rassurer”, poursuit le conseiller municipal Sofienne Karroumi. Si tout s’est donc bien terminé, les circonstances qui ont mené à cet incident restent pour le moment très floues. “L'agent qui s'occupe de fermer les portes à 17h30 n'a vu personne dans les toilettes et assure que la porte n'était pas verrouillée à ce moment-là”, affirme ainsi le rectorat de Créteil.

“Ce n’est pas normal”

Du côté de la famille de Djeneba, la stupéfaction est totale. “Ce n'est pas normal ce qu’il s'est passé, ma fille est encore choquée”, s’indigne ainsi la mère de la collégienne. S’il faudra sans doute plusieurs jours d’enquête pour comprendre le déroulé exact des événements, un autre détail a marqué les riverains qui ont participé aux recherches : la facilité avec laquelle ils ont pu s’introduire dans le collège en pleine nuit.

“Des parents d'élèves étaient stupéfaits, parce qu'on a pu entrer dans le collège comme dans un moulin”, indique Sofienne Karroumi. On est entrés (...) par une porte du collège qui était cassée. Ce n'est pas normal, où est la sécurité ?” Informé de la situation, le conseil départemental n’a pas été en mesure de fournir des explications.

Ce contenu peut également vous intéresser :