Une jeune fille accuse les Témoins de Jéhovah de l'avoir forcée à réécouter son propre viol

·2 min de lecture

La Cour suprême de l’Utah a entendu des arguments lundi dans une affaire selon laquelle des dirigeants masculins d’une congrégation des Témoins de Jéhovah ont forcé une jeune fille de 15 ans à écouter un enregistrement d’un homme la violant en 2008.

«Nous parlons avec ces accusations de l’équivalent mental et émotionnel d’une torture digne d’un waterboarding. Je suis un juge et un avocat depuis longtemps, je n’ai jamais vu, devant la Cour, rien de similaire», a déclaré le juge Deno Himonas. Lundi, la Cour suprême de l’Utah a entendu des arguments dans une affaire selon laquelle des dirigeants masculins d’une congrégation des Témoins de Jéhovah ont forcé une jeune fille de 15 ans à écouter un enregistrement d’un homme la violant en 2008. Un dossier particulièrement délicat.

Les tribunaux inférieurs avaient en effet précédemment statué qu'en vertu du premier amendement, l'église n'était pas responsable de «cet incident». «Le Congrès ne pourra faire aucune loi ayant pour objet l’établissement d’une religion ou interdisant son libre exercice, de limiter la liberté de parole ou de presse, ou le droit des citoyens de s’assembler pacifiquement et d’adresser des pétitions au gouvernement pour qu’il mette fin aux abus», est-il stipulé dans cet amendement. De leur côté, les avocats de la victime affirment que ces tribunaux se sont trompés et que le premier amendement ne protège pas l’Église contre toute responsabilité. Selon eux, si la Cour suprême de l’Utah décidait de se ranger du côté des tribunaux, elle créerait un «dangereux précédent en permettant «d’autres comportements préjudiciables de la part d’organisations religieuses», indique le «Desert News».

Quatre heures insoutenables

La jeune femme aujourd’hui âgée d'une vingtaine d'années, a porté plainte contre quatre aînés des Témoins de Jéhovah de Roy, en 2016. Elle avait raconté avoir été forcée à écouter pendant plus de 4 heures l’enregistrement du viol qu’elle avait subi en 2008, lorsqu’elle avait 14 ou 15 ans.(...)


Lire la suite sur Paris Match