Une jeune femme tuée à l'arme blanche à Charleville-Mézières, son compagnon en garde à vue

Un badge de la police sur une veste (illustration) - Geoffroy Van der Hasselt / AFP
Un badge de la police sur une veste (illustration) - Geoffroy Van der Hasselt / AFP

Son compagnon "reconnaît en partie le déroulement des faits", a indiqué la procureure. Une enquête a été ouverte pour homicide volontaire par conjoint et confiée au commissariat de Charleville-Mézières et à la police judiciaire de Reims.

Une jeune femme a été tuée ce samedi à Charleville-Mézières et son compagnon placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête pour homicide volontaire, selon le parquet, confirmant une information du journal L'Ardennais.

La police a été appelée un peu avant 7 heures ce samedi dans le quartier de la Houillère à Charleville-Mézières, à la suite d'appels au secours lancés par une jeune femme, a rapporté la procureure de la République Magali Josse.

Les policiers ont découvert cette femme de 23 ans grièvement blessée dans un appartement. Présentant "des blessures par arme blanche", elle est décédée vers 9 heures.

Le collectif Féminicides par compagnons ou ex a dénoncé le 109e féminicide en France puis le 1er janvier 2022.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Enquête ouverte pour homicide volontaire par conjoint

Un jeune homme de 25 ans avec lequel elle entretenait une relation sentimentale, selon Magali Josse, a été interpellé peu après la découverte de la victime, vers 8 heures, et placé en garde à vue.

"Il reconnaît en partie le déroulement des faits", a indiqué la procureure.

Une enquête a été ouverte pour homicide volontaire par conjoint et confiée au commissariat de Charleville-Mézières et à la police judiciaire de Reims. Connu de la justice, le gardé à vue avait été condamné à deux reprises mais pas pour des violences conjugales, selon les informations dont disposait Magali Josse.

Le couple n'avait pas d'enfant en commun mais la victime était pour sa part "mère de famille", a indiqué la magistrate, sans plus de précision à ce stade.

Ce samedi soir, la garde à vue du jeune homme a été prolongée. Le parquet de Charleville-Mézières doit se dessaisir de l'enquête au profit du pôle criminel du parquet de Reims.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO- Voici - Patrick Sébastien : ce jour où il aurait pu se faire tuer par Jacques Mesrine pour une raison surprenante