Un jeune de 19 ans aurait été infecté trois fois par le Covid-19

·1 min de lecture

Il a été prouvé qu’il était possible d’être infecté au moins à deux reprises par le Covid-19. Mais c’est un cas rarissime qui est révélé par France 3 Occitanie : à Tarbes, un jeune homme de 19 ans aurait contracté le virus trois fois en moins d’un an. Après avoir été contaminé en juin et en octobre de l’année passée, il aurait à nouveau effectué un test Covid-19 qui s’est révélé positif il y a quelques jours. La maladie serait cette fois plus virulente, alors que ce lycéen, qui n’aurait pas respecté scrupuleusement les gestes barrières selon ses proches, n’avait eu que peu de symptômes les deux premières fois.

Il ne serait ainsi “pas en grande forme” et “pas en état de témoigner”. “Cela semble très inhabituel, mais trois PCR positives ne suffisent pas à dire s’il s’agit d’une, de deux ou de trois infections”, tempère l’infectiologue Benjamin Davido dans les colonnes du Parisien au sujet de ce cas particulier. “La seule façon de le prouver serait de faire un séquençage des prélèvements afin de comparer les souches entre elles.” L’arrivée des variants du virus ces derniers mois pourrait avoir changé la donne concernant les possibles réinfections, notamment le variant sud-africain.

>> A lire aussi - Première réinfection grave par le variant sud-africain en France

“Les variants sud-africain et brésilien eux aussi sont plus contagieux. Nous disposons de moins de données scientifiques à ce stade, mais il apparaît qu'ils peuvent occasionner des réinfections chez des personnes ayant déjà (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Une proposition de numéro unique d’urgence agite les soignants et les patients
En dix ans, les inégalités de niveau de vie ont légèrement augmenté
Inégalités à l’école : les actions que veut pousser la secrétaire d’Etat chargée de l’Education prioritaire
Canal de Suez : le propriétaire du porte-conteneurs bloqué négocie l'indemnisation
Brexit : les négociations sur la pêche avec le Royaume-Uni “patinent”, nos pêcheurs veulent parler à Macron