Le "jeu de l'hypnose" de rue : l'alerte des autorités

Le "jeu de l'hypnose" dans les cours de récré inquiète les autorités

La gendarmerie de la Somme tire la sonnette d’alarme à propos d’un nouveau jeu dangereux qui ferait des émules dans certains lycées. Des élèves prendraient un malin plaisir à s’hypnotiser.

Transportée à l'hôpital

Cette pratique n’est pas sans risque. Dans un message publié sur Facebook, les autorités sont revenues sur le cas récent d’une jeune fille qui a chuté sur la voie publique à Corbie (Somme) alors qu’elle se trouvait dans un état de sommeil profond. Les secours envoyés sur place ne sont pas parvenus à la réveiller. Des camarades présents ont alors raconté aux pompiers qu’elle avait participé au "jeu de l’hypnose" avec trois garçons. Selon ses amis, cette personne était particulièrement réceptive à cette expérience.

Au cours de cette même journée, elle s’était endormie systématiquement à chaque claquement de doigt ou à chaque fois qu’un élève prononçait le mot "dormir". Un de ses camarades l'avait "ramenée" à chaque fois.

Mais le soir de l’accident, vendredi 4 décembre, "à la descente du train un des camarades de Sylvie (son prénom a été modifié) a claqué des doigts à sa vue, entraînant son endormissement sur la voie publique. Une tentative de réveil avec l'un de ses camarades par téléphone a réussi, mais suite à un bruit malencontreux dans l'assistance, elle s'est ré-endormie immédiatement" a expliqué sur Facebook la gendarmerie. Transportée au Centre Hospitalier d' Amiens Sud pour examen, elle a fini par se réveiller. "Elle est restée en observation jusqu'au samedi 5 décembre, date à laquelle sera pratiqué un encéphalogramme qui ne révélera rien de particulier" ont ajouté les autorités sur le réseau social.

"Un sérieux avertissement"

Cette affaire "est un sérieux avertissement pour tous ceux qui s'adonnent à cette pratique qui peut sembler de prime abord amusante, mais dont les conséquences peuvent être dramatiques. Si Sylvie avait été blessée ou pire, non seulement sa vie aurait été modifiée, mais les responsabilités pénales lourdes auraient été recherchées pour les "hypnotiseurs" et le mauvais plaisantin" a conclu la gendarmerie.

Selon le Courrier Picard, il ne s'agirait pas d'un cas isolé.  Un lycéen d’Albert (Somme) pratiquerait l’hypnose sur ses camarades de classe depuis quatre mois maintenant. Et ce phénomène aurait également été observé dans un autre établissement de Beauvais.

Ce contenu peut également vous intéresser :