Jet de blouse, de robe, de livre... La symbolique s'étend dans les secteurs en crise

POLITIQUE - Le geste est fort: celui de jeter ses outils. Face aux conditions de plus en plus précaires de l’hôpital public, en grève depuis de longs mois, les soignants de Saint-Louis à Paris ont profité des voeux de leur directeur pour déposer à ses pieds... leurs blouses blanches. Un geste devenu symbolique dans les secteurs en crise, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Une nouvelle manifestation de mécontentement qui intervient alors que plus de 1000 médecins hospitaliers, dont quelque 600 chefs de service, ont menacé de “démissionner collectivement” à partir de mardi 14 janvier de leurs fonctions administratives si la ministre de la Santé Agnès Buzyn n’engage pas de “négociations” sur le budget et les salaires de l’hôpital. 

Le personnel hospitalier n’est pas le seul à user de ce symbole pour marquer son ras-le-bol face aux réformes du gouvernement, notamment la réforme des retraites. Depuis plusieurs jours, de nombreux avocats organisent de véritables “lancers de robes noires”. Les enseignants, également exsangues face aux réformes imposées par l’exécutif, rendent leurs manuels ou leurs cartables.

Autre corps de métier qui a profité des voeux pour une action silencieuse mais parlante: les agents et artisans du Mobilier National et des Manufactures, qui ont déposé leurs outils, également aux pieds de leur directeur en train de formuler ses voeux de bonne année.  

À voir également sur Le HuffpostCet avocat nous explique tout sur la grève exceptionnelle des robes noires

Lire aussi:

Retrouvez cet article sur le Huffington Post