Corbyn suspendu du Parti travailliste après un rapport sur l'antisémitisme

par Alistair Smout
·2 min de lecture
JEREMY CORBYN EXCLU DU PARTI TRAVAILLISTE APRÈS UN RAPPORT SUR L'ANTISÉMITISME
JEREMY CORBYN EXCLU DU PARTI TRAVAILLISTE APRÈS UN RAPPORT SUR L'ANTISÉMITISME

par Alistair Smout

LONDRES (Reuters) - Le Parti travailliste a annoncé jeudi la suspension de son ancien chef de file Jeremy Corbyn, qui a minimisé les accusations d'antisémitisme à l'encontre du Labour pendant son mandat, entre 2015 et 2019.

L'ancien chef de file du Parti travailliste n'a pas accepté toutes les conclusions du rapport de la Commission britannique pour l'égalité et les droits de l'homme (EHRC), qui déplore l'inaction du parti en matière d'antisémitisme. Il a estimé que l'ampleur du problème avait été exagérée pour des raisons politiques.

"Compte tenu des commentaires qu'il a faits aujourd'hui et de son incapacité à les abandonner par la suite, le Parti travailliste a suspendu Jeremy Corbyn en attendant une enquête", a déclaré le Parti travailliste dans un communiqué.

L'ex-chef de l'opposition a réagi en déclarant qu'il contesterait vivement sa suspension.

"J'ai dit très clairement que ceux qui nient qu'il y a eu un problème d'antisémitisme au sein du Parti travailliste ont tort", a-t-il déclaré après sa suspension.

"Il est également indéniable qu'une fausse impression a été créée quant au nombre de membres accusés d'antisémitisme(...) Voilà ce qui a été exagéré, et pas la gravité du problème", a-t-il ajouté.

De son côté, le nouveau chef du Labour Keir Starmer, qui l'a remplacé en avril après sa démission, a présenté ses excuses pour l'échec du parti dans la lutte contre l'antisémitisme.

La Commission britannique pour l'égalité et les droits de l'homme, qui a lancé une enquête sur des accusations portées pendant le mandat de l'ancien chef de file du Parti travailliste Jeremy Corbyn, a constaté de graves manquements de la direction du parti en matière de lutte contre l'antisémitisme, et a qualifié le processus de traitement des plaintes comme inadéquat.

Keir Starmer a déclaré qu'il acceptait le rapport "dans son intégralité" et qu'il mettrait en oeuvre toutes ses recommandations.

"C'est un jour de honte pour le Parti travailliste. Nous avons manqué à notre devoir envers le peuple juif (...) Je suis vraiment désolé pour toute la douleur et le chagrin qui ont été causés", a déclaré l'actuel chef du Labour, qui avait occupé un poste important sous la direction de Corbyn.

"Plus jamais nous ne manquerons de nous attaquer à l'antisémitisme et plus jamais nous ne perdrons votre confiance", a-t-il ajouté.

(Alistair Smout, Sarah Young, Paul Sandle, version française Anait Miridzhanian, édité par Jean-Michel Bélot)