Jennifer des Reines de la route (6ter) : "Ce métier de conductrice de super poids lourds m'a rendu encore plus forte"

·1 min de lecture

Il est près de 20h30 ce mardi 12 janvier quand la pétillante Jennifer prend un peu de son temps pour nous raconter son quotidien au volant de son super poids lourd de 44 tonnes. On croit qu'elle termine sa journée. Or elle ne fait que la commencer ! A elle d'avaler les kilomètres entre Nantes et Paris jusqu'au petit matin. "Je peux parler au volant, pas de problème !" Cette mercenaire de la route, héroïne comme six autres super nanas, de la bouleversante série documentaire "Les reines de la route" diffusée sur 6ter chaque jeudi soir depuis le 7 janvier, veut expliquer son choix d'effectuer un métier que beaucoup, à tort, pense seulement cantonné aux hommes. Et expliquer aussi les efforts consentis pour y arriver. Chapeau, miss !

Télé Loisirs. La première question qu'on se pose, c'est pourquoi avoir choisi ce métier ?

Jennifer. Grâce à l'amour. Avant de rencontrer Ludo, mon chéri, j'ai été mariée. A l'époque j'étais gérante d'une grande surface discount. Ce boulot m'ennuyait mais bon... Puis je divorce et je rencontre mon nouveau conjoint qui est conducteur poids lourd. Il me fait grimper dans sa cabine, fait quelques manoeuvres et là, le coup de coeur ! J'aimais tout ! Surtout le fait que ce soit une machine imposante. D'ailleurs, j'ai toujours aimé les grosses mécaniques, les grosses machines qui font des trous, qui défoncent les murs etc (rires). Immédiatement j'ai su que j'étais à ma place, que c'était ce que je voulais faire. Alors j'ai suivi la formation de six mois, passé (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Grace de Monaco : son amitié méconnue et singulière avec... Robert Hossein !
Roselyne Bachelot : le drôle de surnom dont elle a hérité en pleine crise sanitaire
Mort de Georges Pernoud : Fanny Agostini, qui lui a succédé à la tête de Thalassa, lui rend hommage
Elizabeth II et le prince Philip sont vaccinés contre la Covid-19
Donald Trump banni de Twitter : il envisagerait de créer son propre réseau social