Jennifer Lopez et Alex Rodriguez tentent de sauver leur couple pour leurs enfants

·2 min de lecture

Alors qu'on les disait séparés, Jennifer Lopez et Alex Rodriguez sont bien toujours ensemble. Selon la presse, c'est pour leurs enfants que les deux stars tentent de sauver leur relation.

Vendredi dernier, plusieurs médias américains, dont le bien informé TMZ, annonçaient la rupture de Jennifer Lopez et Alex Rodriguez après quatre ans d'amour. Des heures plus tard, la chanteuse de 51 ans et le sportif de 45 ans démentaient cette séparation par le biais d'un communiqué commun. «Nous travaillons sur certaines choses», avaient-ils dit. «Ils ont connu une période difficile, mais ils ne se sont pas séparés», avait ajouté une source au magazine «People».

Mercredi 17 mars, «People» a fait de nouvelles révélations, citant un proche du couple. D'après l'informateur, Jennifer Lopez «envisageait de rompre avec Alex depuis six mois». «Les derniers jours ont été durs et stressants. Elle et Alex ont beaucoup de problèmes qu'ils espèrent pouvoir régler, mais ils semblent tous les deux déterminés à faire tout leur possible pour rester ensemble. (...) Ils essayent de faire ce qu'il faut pour leurs enfants», a-t-on dit.

"Beaucoup de larmes" chez les enfants après l'annonce de la rupture

TMZ a indiqué mardi que c'est effectivement pour préserver l'équilibre familial que les deux stars tentaient de sauver leur relation. Lorsque la nouvelle de leur rupture a fait les titres de la presse vendredi, aucun de leurs enfants n'y était préparé et «il y eut beaucoup de larmes». Les jumeaux de J-Lo, Max et Emme (13 ans), sont très proches des filles d'A-Rod, Natasha (16 ans) et Ella (12 ans). Cette grande famille recomposée a grandi ensemble ces dernières années, partageant de nombreuses vacances et des moments joyeux.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Alors qu'elle se trouve depuis plusieurs semaines en République dominicaine pour le tournage d'un film,(...)


Lire la suite sur Paris Match