"J'en ai besoin à Matignon" : quand Emmanuel Macron voulait garder Edouard Philippe

Il a suffi d'un an pour qu'Edouard Philippe perde les faveurs d'Emmanuel Macron. Si le Premier ministre est aujourd'hui sur la sellette alors qu'un remaniement se profile, il était encore un collaborateur indispensable du président de la République en juillet 2019. La journaliste Savéria Rojek, raconte dans son livre Impitoyable (paru ce mercredi 24 juin aux éditions Stock) que le nom du Premier ministre avait été cité lorsque LREM cherchait son candidat à la mairie de Paris, mais que le chef d'Etat avait opposé son véto à cette proposition.

Avant de nommer Benjamin Griveaux pour LREM, Emmanuel Macron s'est réuni avec conseillers et cadres de son parti en juillet 2019 à l'Élysée. Selon l'auteure, Stanislas Guérini, délégué général du mouvement, a d'abord mentionné Benjamin Griveaux et Cédric Villani -qui s'est finalement présenté indépendamment du parti-, avant d'ajouter : "Et puis il y a la question Edouard Philippe. Est-ce que c’est un sujet ?" La réponse du président ne s'est pas faite attendre : "Pour Edouard Philippe : ce n’est pas un sujet pour moi, ne serait-ce que pour une très bonne raison, j’en ai besoin à Matignon !"

Retour au Havre ?

Des mois éprouvants s'en sont suivis pour le camp d'Emmanuel Macron, marqués par la publication de vidéos intimes de Benjamin Griveaux, la candidature en urgence de la ministre de la Santé Agnès Buzyn alors que le coronavirus s'installait en France, un premier tour qui a fait débat, et un confinement de près de deux mois. Deux ans avant de

Retrouvez cet article sur GALA

François Fillon : ce discours de défaite préparé en secret en 2017
PHOTOS - Philippe et Mathilde de Belgique : leurs enfants ont bien grandi
Edouard Philippe : qui est sa mère, qui habite toujours au Havre ?
Penelope et François Fillon : ce qui les attend lundi au tribunal
Anne Hidalgo réélue à Paris : ce père disparu qu'elle aurait aimé avoir à ses côtés