Quand Jeffrey Epstein avait des délires transhumanistes

Doctrine prônant l’usage des technologies afin d’améliorer l’espèce humaine, le transhumanisme avait un adepte au profil très sombre nommé… Jeffrey Epstein. Retrouvé pendu dans sa cellule de New York (Etats-Unis) le 10 août 2019 après avoir été emprisonné à la suite de nombreuses affaires de proxénétisme impliquant des mineures (dont les plus jeunes avaient entre douze et quatorze ans), le milliardaire américain a toujours revendiqué sa proximité avec ce mouvement dont il était un généreux donateur. Il aurait ainsi versé - entre autres - 6,5 millions de dollars au programme de "dynamique évolutive" de l’université d’Harvard et 20.000 $ à la Worldwide Transhumanist Association, renommée aujourd’hui Humanity Plus.

"Je suppose qu’Epstein croyait réellement que son ADN était supérieur à celui de la plupart des gens

Passionné de sciences, le financier aurait notamment côtoyé au cours de sa carrière , aujourd'hui disparu, le paléontologue Stephen Jay Gould et - eux aussi décédés - ainsi que le physicien Kip Thorne, ce dernier niant d'ailleurs aujourd’hui tout lien avec Jeffrey Epstein. Le milliardaire a en effet enseigné l’analyse mathématique avant de faire fortune en prodiguant des conseils de stratégie fiscale à de très riches clients. Persuadé de la supériorité de son intelligence et de son ADN, le jet-setteur projetait ainsi de se faire cryogéniser la tête et les testicules afin qu’ils puissent être réanimés dans un futur proche. Un projet totalement fantaisiste puisque, rappelons-le, aucune technique de cryogénie ne permet aujourd'hui de conserver intacts des organes humains.

Plus dérangeant encore, comme le rapportait tout récemment le New York Times, Jeffrey Epstein aurait “à de multiples occasions depuis le début des années 2000 dévoilé devant des scientifiques ses ambitions d’utiliser son ranch au Nouveau Mexique comme une base où une vingtaine de femmes pourraient être inséminées avec son sperme pour donner naissance à ses enfants.“ Comme [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi