<p>Souvenirs de campagne</p> - Jean-Yves Le Drian: "J'ai dû engloutir une ration significative de tripes de cheval’"

·2 min de lecture

Vétéran du gouvernement, élu pour le première fois en 1977 à Lorient, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian évoque ses souvenirs en période électorale.

Paris Match. Votre première campagne ?
Jean-Yves Le Drian. Je me suis présenté aux élections cantonales à Belle-Île en 1975. Je venais d’adhérer au parti socialiste, j’avais 27 ans. Personne ne voulait aller dans ce canton car le sortant était Christian Bonnet, à l’époque ministre de l’intérieur. On m’a gentiment mais fermement « conseillé » d’y aller ! J’ai eu l’impression d’avoir fait une bonne campagne, d’y prendre beaucoup de plaisir … pour un score de 20% ! Aujourd’hui, ce ne serait pas si mal… mais nous n’étions que deux… et Christian Bonnet avait lui récolté 80% des voix !

Votre slogan préféré ?
C’est celui de la campagne des régionales de 2004 : « Bretagne à gauche. Bretagne pour tous ». Il symbolisait à la fois le rassemblement et l’enracinement. Il a créé le mouvement et fut gagnant.

Le meeting le plus raté ?
Ce fut surtout pour moi le plus tragique. En ce soir de novembre 2015, je tiens à Lorient – ville où j’ai longtemps été maire - un meeting pour les élections régionales qui vont se tenir début décembre. Nous sommes le 13. La fin de la réunion est soudainement perturbée par les messages que je reçois de Paris. L’horreur des attentats fait brutalement irruption dans nos vies. Je quitte immédiatement la Bretagne pour rejoindre en voiture le ministère de la Défense. Pendant le trajet, je communique en permanence avec mes équipes et le Président Hollande. Je ne serai pas à l’heure pour le conseil des Ministres qui se tient à minuit. Je retrouve le Président et le Premier Ministre Manuel Valls vers 2 heures du matin. Le terrorisme a ensanglanté Paris. Le meeting de Lorient n’est plus qu’un lointain et dérisoire souvenir.

Une nouvelle pratique née du Covid ?
La visio qui est utilisée abondamment. Mais je(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles