Jean-Pierre Siméon : "La poésie nous rapatrie"

·1 min de lecture
*
*

Directeur, depuis 2018, de la prestigieuse collection « Poésie » des éditions Gallimard, ancien directeur artistique du Printemps des poètes (2001-2017), Jean-Pierre Siméon est un fervent défenseur de la poésie. Poète lyrique lui-même, notamment récipiendaire des prix Guillaume-Apollinaire et Max-Jacob, ce « passeur de poètes », comme il se qualifie, est l'auteur d'un essai en forme de défense de la poésie : La Poésie sauvera le monde, sorti en 2015 (éd. Le Passeur), qui a rencontré un succès surprenant en se vendant à 10.000 exemplaires et traduit dans plusieurs langues. Il répond pour Marianne à trois questions sur la situation et le sort actuels de la poésie, coincée entre vitalité créative et diffusion confidentielle.

Marianne : La Poésie sauvera le monde a rencontré un lectorat bien plus large que celui des lecteurs de poésie. Comment expliquez-vous ce retentissement ?

Jean-Pierre Siméon : Son succès m'a surpris moi-même. Je pense que cela tient à ce que j'y dis et que j'ai toujours affirmé : la poésie, au-delà du poème, incarne un geste humain fondateur et toute la poésie du monde n'est que le reflet, la cristallisation d'une position dans le monde et dans la vie.

La poésie semble exiger un rapport au temps et au monde plus profond que celui qui prévaut, dominé par l’utilitarisme, le productivisme, le rêve de maîtrise, le fantasme de la toute puissance…

Lire la suite