Jean-Pierre Pernaut a l’œil qui brille : les danseuses du Moulin Rouge lui rendent hommage

·1 min de lecture

Une page écrite pendant 33 ans va se tourner. Jean-Pierre Pernaut quittera la présentation du JT de 13 heures sur TF1 ce vendredi 18 décembre. En attendant de céder son siège à Marie-Sophie Lacarrau, le célèbre journaliste a droit, depuis le début de la semaine, à de nombreuses surprises concoctées par son acolyte Dominique Lagrou-Sempère et ses équipes. Ce jeudi 17 décembre, son amie journaliste a sollicité la troupe du Moulin Rouge pour faire une surprise à Jean-Pierre Pernaut. En visio, de nombreuses jeunes femmes dénudées vêtues de leurs costumes de plumes ont adressé un clin d'oeil et des baisers au célèbre journaliste. De quoi faire rougir le présentateur en direct.

Dominique Lagrou-Sempère a également réuni plusieurs interviews de différentes Miss France qui ont pu côtoyer le célèbre journaliste. Une rencontre comme "un point de départ de l'aventure" explique Sylvie Tellier qui regrettera le présentateur. Un passage obligé qui avait bluffé les proches de Camille Cerf, Miss France 2015, "il nous met tout de suite à l'aise, on a l'impression de retrouver un ami" se souvient de son côté Maeva Coucke, Miss France 2018. Valérie Bègue, Miss France 2008 a salué "un parrain, extrêmement bienveillant".

Miss France 1987, Nathalie Marquay, le femme de Jean-Pierre Pernaut a également glissé un petit mot à l'attention de son mari en montrant avec fierté son écharpe. "Elle a changé ma vie, beaucoup de gens le savent. J'ai rencontré mon prince charmant, et mon prince charmant c'est mon (...)

Lire la suite sur le site de GALA

« On s’est fait gauler » : Denis Brogniart raconte les débuts de son histoire avec Hortense
Jean-Pierre Pernaut taquin : "Le conseil des ministres est dangereux aussi"
La princesse Eugenie très émue rend hommage à sa mère investie dans la lutte contre le cancer du sein
Jean Castex "me ramène à mes années de stagiaire à l'Ena", Philippe de Villiers cruel
VIDÉO - « François Hollande a trouvé ça cruel » : Laurent Gerra évoque ses imitations