Jean Paul Gaultier a toujours fait défiler les persona non grata de la mode

Valentin Etancelin
Andreja Pejic, Beth Ditto ou Loana, toutes les muses de Jean Paul Gaultier.

MODE - Une page se tourne. Six ans après avoir mis fin à sa gamme de prêt-à-porter, “l’enfant terrible de la mode”, plus connu sous le nom de Jean Paul Gaultier, se retire désormais du monde de la haute couture. Ce mercredi 22 janvier, le couturier présente sa dernière collection à l’occasion de la semaine de la mode parisienne. 

Événement extraordinaire, celui-ci se tient au théâtre du Châtelet et doit durer plus d’une heure, tandis que le temps moyen d’un défilé est d’environ 7 à 11 minutes. Il met fin à 50 ans de carrière, mais surtout à un demi-siècle de créations incontournables à contre-courant. Une représentante de la marque promet “une surprise”.

S’il est clair qu’il a participé à renverser les codes de la mode, c’est aussi grâce au choix de ses mannequins: des hommes et des femmes aux physiques différents. “Créateur non conforme recherche mannequins atypiques – gueules cassées ne pas s’abstenir”, avait-il écrit dans Libération à ses débuts.

De Rossy de Palma à Nabilla, en passant par Conchita Wurst

Il aime les dégaines inhabituelles et les beautés qui s’échappent des standards. “La vulgarité est moins une apparence physique qu’une attitude morale. Alors, mes mannequins peuvent être rondes, elles peuvent être toutes petites ou très grandes, avoir une poitrine et des hanches très larges”, a-t-il un jour confié.

Parmi elles, des inconnues, mais aussi des célébrités. Anciennes persona non grata de ce milieu si peu inclusif, elles sont pour beaucoup d’entre elles devenues des muses du créateur.

L’actrice espagnole Rossy de Palma, en cheffe de file.

Mais aussi Beth Ditto, en 2010.

En 2011, il fait défiler la mannequin trans Andreja Pejic.

Le couturier aime la culture au sens large. En invitant des personnalités comme Mylène Farmer à porter ses collections, il critique le snobisme dont peut faire preuve le monde de la mode.

C’était aussi le cas, des décennies en arrière, avec Madonna. La chanteuse, qui lui doit l’emblématique corset aux seins coniques, continue d’être...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post