Pourquoi Jean-Paul Belmondo a boycotté les César pendant 40 ans

·2 min de lecture
Jean-Paul Belmondo sur la scène des César en 2017. - Bertrand Guay - AFP
Jean-Paul Belmondo sur la scène des César en 2017. - Bertrand Guay - AFP

En 2017, il était à l'honneur des César et avait eu droit à un hommage de Jean Dujardin et une longue standing ovation. Cette cérémonie mettait fin à plus de quarante ans de froid entre Jean-Paul Belmondo et l'Académie des César. "Le fait que Jean-Paul [Belmondo] vienne aux César, c'est quelque chose", avait lancé Jean Dujardin.

Boudé par l'Académie des César, depuis la création des récompenses cinématographiques, en 1976, Jean-Paul Belmondo leur avait rendu la pareille en 1989. Alors qu'il devait recevoir le seul César du meilleur acteur de sa carrière, pour son rôle dans Itinéraire d'un enfant gâté, de Claude Lelouch, il l'avait refusé et n'était pas venu le chercher.

"Les récompenses, il faut les donner quand on est jeune, expliquait-il à Frédéric Lopez en 1999. Là, ça faisait je ne sais pas combien d'années qu'on ne me donnait rien donc je n’avais pas du tout [envie de le recevoir]. (...) Non pas par aigreur mais je pense que quand j'étais jeune au conservatoire j'aurais aimé recevoir un prix, je ne l'ai pas eu. Je pense qu'aujourd'hui on devrait récompenser les jeunes et pas les gens qui ont fait toute une carrière". https://www.youtube.com/embed/hqCu8j9H0J8?rel=0&start=4

Entre Belmondo et les César, la brouille remonte aux origines du prix, et à la récompense en elle-même. Le César est, rappelons-le, une compression de l'artiste César. Le sculpteur marseillais avait en effet été préféré à Paul Belmondo, père de Jean-Paul, également sculpteur de renom.

"Il y avait une rivalité, il y avait eu des problèmes entre mon grand-père et César, expliquait ainsi Paul Belmondo, le fils de Jean-Paul en juillet 2020 à Non stop people. Après dans la vie, les choses évoluent. Les générations qui arrivent ne se souviendront peut-être plus, plus ou peu que la statuette était par rapport à lui".

"Il a fait un pas pour apaiser les choses", ajoutait-il, faisant référence à la présence de son père aux César en 2017. "Je dois avouer que j'étais très heureux quand j'ai réussi à le convaincre", a indiqué ce mardi sur RMC Alain Terzian, ancien président de l'Académie des César. "Il avait dit longtemps 'je n'y mettrai pas les pieds, par fidélité à père qui n'aimait pas les sculptures de César, (...) parce qu'il considérait que ce n'était pas un sculpteur académique.

"Je n'ai jamais manqué de courage, ce qui fait que je suis là", y avait déclaré Jean-Paul Belmondo déclaré, visiblement ému.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles