Jean-Michel Jarre, musique et IA: «Des algorithmes vont pouvoir déterminer quelle chanson vous touche»

korii.
Jean-Michel Jarre en 2018: le compositeur français a encore beaucoup de nouveaux champs à explorer. | JOEL SAGET / AFP

À travers la production, le mastering et même la création, l'intelligence artificielle connaît un essor fulgurant dans la création musicale.

L'histoire de la musique l'a prouvé à maintes reprises: les nouvelles technologies sont une source d'inspiration perpétuelle pour les compositeurs et compositrices.

Le bidouillage d'un instrument, le détournement d'un son ou un heureux accident de manipulation peuvent déboucher sur des inventions majeures, comme par exemple un nouvel instrument, une nouvelle technique d'enregistrement, voire un nouveau genre musical. Dans ce domaine artistique comme dans d'autres (l'art contemporain, en particulier), l'intelligence artificielle (IA) est de plus en plus utilisée comme une muse.

Harmonie et formules mathématiques

Dès les premiers balbutiements des ordinateurs, des chercheurs se sont appuyés sur l'IA pour composer des morceaux. Dévoilée en 1957, «Illiac Suite» est souvent considérée comme la toute première composition réalisée par une machine.

À l'origine de ce projet, le compositeur américain Lejaren Hiller a fondé l'Experimental Music Studio à l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign. Épaulé par Leonard Issacson, lui aussi compositeur et professeur de cette université, il imagine ce concept de musique assistée par ordinateur, en décortiquant la manière dont s'articulent certaines oeuvres de Bach.

Les deux musiciens-scientifiques programment une machine à cet effet, appelée l'ILLIAC I. Des formules mathématiques sont appliquées pour trouver une recette qui fonctionne harmonieusement: faire appel à la répétition, noter des suites d'accords qui marchent bien ensemble, avoir une progression qui mène jusqu'au final, etc.

Le résultat, «Illiac Suite», ou «String Quartet N°4», pose les bases, en quatre mouvements, d'un vaste terrain de jeu pour les musicien·nes qui aiment innover et jouer avec la technologie.

 

Le tube sur mesure

Soixante ans (...) Lire la suite sur Slate.fr