Jean-Michel Blanquer veut renforcer l'enseignement du latin et du grec

·2 min de lecture
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education. Image d'illustration. - AFP
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education. Image d'illustration. - AFP

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer veut renforcer l'apprentissage du latin et du grec ancien, en l'ouvrant au lycée aux élèves de la voie technologique l'an prochain ou en développant l'enseignement optionnel en 6e, a-t-il annoncé lundi dans un entretien au magazine Le Point.

"Je suis convaincu que nous devons à la fois proposer l'apprentissage des langues anciennes à davantage d'élèves et raffermir les liens entre cet enseignement et les autres disciplines pour en montrer la richesse et les apports", a indiqué Jean-Michel Blanquer, avant une Journée européenne des Langues et cultures de l'antiquité mardi à Paris.

Il explique ainsi que "l'enseignement optionnel en lycée sera ouvert aux élèves de la voie technologique à la rentrée scolaire prochaine: les élèves qui choisissent cette voie pourront ainsi développer leur culture mais aussi, par la découverte des langues anciennes, mieux s'approprier leurs spécialités, dont le vocabulaire technique, en santé, en ingénierie, est très largement d'origine antique".

"Favoriser et améliorer les apprentissages des langues de la Méditerranée"

Parmi les autres mesures, il cite le développement de "l'enseignement optionnel de français et culture antique en classe de sixième, qui plaît beaucoup aux élèves", et l'installation "avant la fin de l'année civile 2021" d'un Conseil supérieur des langues, qui aura pour mission "de réfléchir aux possibilités d'améliorer l'apprentissage des langues, anciennes, vivantes étrangères et régionales, en travaillant spécifiquement leurs 'points de contact'".

Il dit par ailleurs vouloir ouvrir à la rentrée prochaine des sections "Mare nostrum", qui permettront "de favoriser et d'améliorer les apprentissages des langues de la Méditerranée, qu'elles soient anciennes, étrangères ou régionales", en rendant possible pour un élève d'"apprendre conjointement le latin, l'italien et l'occitan dans une dynamique interdisciplinaire".

Enfin, estimant que les langues anciennes "pâtissent parfois de certains choix en établissement", il explique que sera "installée dans chaque académie à la rentrée prochaine une mission directement sous l'autorité des recteurs pour suivre les conditions d'enseignement, garantir leur qualité et leur continuité du collège au lycée".

Le ministre publiera par ailleurs mardi une déclaration conjointe avec les ministres italien, chypriote et grec chargés de l'Éducation, "visant à renforcer la coopération européenne autour du latin et du grec ancien".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles