Jean-Michel Blanquer a-t-il raison d'affirmer "qu'il n'y a pas plus de suicides dans l'Education nationale que dans la société française" ?

Benoît Zagdoun

Au cours de l'année scolaire 2018-2019, 58 agents de l'Education nationale se sont suicidés. Ce nombre, jusqu'à présent inconnu du grand public, a été révélé mercredi 6 novembre, au cours d'un CHSCT extraordinaire organisé à la demande des syndicats, un mois et demi après le suicide d'une directrice d'école à Pantin, Christine Renon.

Trois semaines avant la divulgation de ce chiffre, le ministre, Jean-Michel Blanquer, avait déjà assuré sur France Inter que la situation au sein de son ministère n'était pas la plus critique. "D'après les éléments que j'ai, il n'y a pas plus de suicides dans l'Education nationale que dans la société française, avait-il affirmé. Et plutôt moins que dans d'autres services publics." Mais cette comparaison est-elle juste et pertinente ?


Le ministère de l'Education nationale affirme donc dans son communiqué que 58 de ses 992 600 agents se sont suicidés durant l'année scolaire 2018-2019. Ce recensement porte sur l'ensemble du personnel enseignant et administratif. Les personnels de l'enseignement privé sous contrat sont en revanche (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi