Jean-Michel Blanquer fayot ? Emmanuel Macron n'a pas aimé une "flagornerie"

·1 min de lecture

Les éloges de Jean-Michel Blanquer concernant Emmanuel Macron ne sont pas passées inaperçues. Dans ses colonnes ce mardi 30 mars, Le Monde a rapporté les propos du ministre de l'Éducation nationale au sujet des compétences du chef de l'État sur les questions de santé. "Le président a acquis une vraie expertise sur les sujets sanitaires. Ce n'est pas un sujet inaccessible pour une intelligence comme la sienne", a vanté l'ancien recteur auprès du journal du soir. Des propos flatteurs qui n'ont pas vraiment été appréciés par le principal intéressé. Comme l'a relaté Le Figaro le lendemain, un très proche du président se serait montré agacé par ce soutien dithyrambique. "On goûte moyennement ce genre de flagornerie, a-t-il taclé. Surtout en ce moment, ce n'est pas à la hauteur."

Les compliments adressés à Emmanuel Macron, encensé par ses proches pour son expertise supposée en épidémiologie, participent à entretenir sa communication politique. Alors qu'une prise de parole du Président est attendue ce mercredi 31 mars à 20 heures, ce concert de louanges vise à alimenter "le mythe du chef de guerre face au Covid", selon les propres termes d'un responsable de la majorité, interrogé par Le Monde. Une manière pour le locataire de l'Élysée de se positionner en fin connaisseur de santé publique, lui qui s'éloigne de plus en plus des avis et recommandations des scientifiques. "Il cherche chaque jour ce qui se produit de nouveau pour ne rien laisser passer. Un jour, il pourra briguer l’agrégation (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Nicolas Hulot s'apprête à mettre la pression à Emmanuel Macron...
Marine Le Pen affligée : « Une bombe atomique tomberait qu’on ne trouverait pas 5 minutes pour en parler »
Quand Arnaud Montebourg pique Emmanuel Macron et sa République « qui ne marche pas »
VIDEO - "Un profond mépris" : chez Laurence Ferrari, Michel Onfray charge Emmanuel Macron
"Des bricoleurs à tous les étages" : Emmanuel Macron et ses ministres sévèrement critiqués