Jean-Michel Blanquer : ce drôle de compliment fait à ses troupes

Après le retour progressif à l’école le 12 mai dernier pour les écoliers, c’est au tour des collégiens de retourner sur les bancs de l’école dès le 2 juin prochain, comme le prévoit la deuxième phase du déconfinement. Nos confrères de Paris Match ont réussi à obtenir un entretien de la part de ce ministre en première ligne. C’était le vendredi 15 mai dernier. Le gouvernement n’avait alors aucune idée de ce qu’allait donner le déconfinement sur le plan sanitaire. 

Un déconfinement redouté mais attendu par cet homme qui n’a que très peu dormi pendant la crise. « Vous savez, on a fait camping pendant deux mois » explique-t-il au sujet du désordre présent dans son bureau. Néanmoins, le ministre semblait déjà certain d'avoir pris les bonnes décisions, malgré les critiques. « Ici, on a vécu comme un passage du cap Horn avec un navire bien malmené, entouré de bateaux pirates qui n’avaient qu’une idée : nous faire couler plutôt que de s’intéresser à l’intérêt général. Mais on l’a passé. », confiait-il, serein. 

« C’est un peuple de colibris coordonnés » 

Ensuite, il regarde tout le chemin accompli : « J’ai une certaine fierté d’avoir tenu le cap. Je ne tiens pas un discours triomphaliste, on verra à la fin. Malgré tout, le déconfinement est en train de se faire ». Il souhaitait déjà féliciter ses équipes pour le travail accompli : « L’Éducation nationale s’est mise en mouvement et cela a bien fonctionné. Cette maison a longtemps été qualifiée de mammouth, mais c’est un peuple de colibris

Retrouvez cet article sur GALA

Olivier Véran : ce frère d'une grande athlète qui vient l'épauler
Le roi de Thaïlande sur les nerfs : il se plaint de l'accueil reçu en Allemagne
Harry et William brouillés : comment le frère de Diana a échoué à les réconcilier
François Hollande généreux : ce record qu'il détient
VIDEO - Bedos, Dabadie, Desproges : "qu'est-ce qu'ils vont pouvoir déconner là-haut", sourit Michel Drucker