Pour Jean-Michel Blanquer, décaler la rentrée de janvier "n'est pas l'option privilégiée"

·1 min de lecture

"Ce n'est pas l'option privilégiée", balaie Jean-Michel Blanquer lorsqu'est évoqué un potentiel décalage de la rentrée des classes en janvier. Invité d'Europe 1, dimanche soir, le ministre de l'Éducation nationale a justifié cette position par des études "qui ont montré qu'en milieu scolaire, on réussissait à moins se contaminer qu'en dehors du milieu scolaire".

>> Retrouvez Europe soir week-end en podcast et en replay ici 

"Moins de 0,2% des écoles, collèges et lycées" ont fermé

"La situation a démontré qu'on n'avait pas de contamination particulière à l'école", a affirmé le ministre, rappelant que "moins de 0,2% des écoles, collèges et lycées" avaient été fermés depuis le début de l'année scolaire. "Nous avons des protocoles et nous les faisons évoluer en fonctions des circonstances", insiste Jean-Michel Blanquer, appelant à ne pas regarder l'éventail de mesures de manière binaire, mais davantage comme un curseur susceptible d'évoluer.

"Au retour de la Toussaint on a changé le curseur en permettant aux lycées de se mettre en formule hybride", explique le ministre de l'Éducation nationale. "Il faut se figurer ça comme un curseur qu’on fait évoluer, beaucoup plus que comme quelque chose de binaire", poursuit-il, disant espérer pouvoir bientôt "faire évoluer le curseur dans l'autre sens, du fait de l'amélioration de la situation générale".

>> EN DIRECT Coronavirus : suivez l’évolution de la situation dimanche 20 décembre

"Nous avons réussi à ramener tous les enfan...


Lire la suite sur Europe1