Jean-Michel Blanquer pas au top : « On se demande ce qu’il a en ce moment », s’interrogent ses proches

·1 min de lecture

Chaque chose en son temps : serait-ce le nouveau credo de Jean-Michel Blanquer ? Alors que le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports ambitionnait de porter les couleurs de la République en marche en Île-de-France pour les élections régionales, le haut fonctionnaire a préféré y renoncer, comme le rapportait franceinfo le 28 janvier dernier. Un abandon qui avait surpris son entourage, non informé de ses intentions. Sans compter que ses proches s’étonneraient désormais de son comportement… pour le moins étrange. “Il part plus tôt des réunions, quitte des visioconférences avant leur terme”, a déclaré un élu dans les colonnes du magazine Elle, paru en kiosque ce vendredi 5 février. Un membre du gouvernement, lui, a admis se poser des questions : “On se demande ce qu’il a en ce moment.”

Ses proches ne parviendraient plus à le comprendre. Bien que Jean-Michel Blanquer n’ait pas caché ses préoccupations face à la situation sanitaire sur le plateau de LCI, le 25 janvier dernier. “Chacun voit bien que je suis accaparé par la crise sanitaire, j’ai aussi des réformes très importantes à mener, notamment le Grenelle de l’éducation, je n’ai pas de temps pour les processus électoraux”, s’était-il justifié, en référence à son revirement politique. Un initié, lui, avait essayé d’analyser la situation auprès de nos confrères de Elle : “Version officielle, il est totalement mobilisé sur son ministère. Version officieuse, il ne veut pas s’abîmer dans ce combat où l’on ne risque (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - "Tu es parti au bon moment" : le clin d'œil de Michael Douglas à son père Kirk Douglas
"Je ne le supportais pas !" : Hélène Rollès cash sur son acolyte Patrick Puydebat
Catherine Hiegel et Richard Berry, une relation difficile et violente : « Il m’a toujours fait peur »
Richard Berry accusé d'inceste : "On essaie de bâillonner" Coline Berry s'insurge son avocate
"Une idée moyenâgeuse" : Gérald Kierzek ne veut pas entendre parler d'un 3e confinement