Jean-Michel Blanquer aspergé de chantilly : 300 euros d'amende pour les deux professeurs

Les deux professeurs qui avaient aspergé Jean-Michel Blanquer de chantilly lors de la campagne des législatives en juin pour dénoncer une Education nationale "en chute libre", ont été condamnés lundi à 300 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Montargis.En l'absence de l'ancien ministre de l'Education nationale, pas représenté lors de l'audience, la cour n'a pas suivi les réquisitions du procureur de la République de Montargis Jean-Cédric Gaux, qui avait requis une peine composée d'un stage de citoyenneté et 1.000 euros d'amende.La liberté d'expression passe par le vote, la presse, le droit de manifester et de se syndiquer, "mais jamais la contestation ne doit s'exprimer dans la violence (...) même un acte considéré comme bénin", a estimé le magistrat."Il ne s'agit pas d'un happening, mais d'une action violente qui tombe sous le coup de la loi pénale", a insisté M. Gaux, indiquant que pour la victime, "il s'agit d'un acte violent, humiliant".Les condamnations ne seront pas in