Jean-Marie Bigard : son apparition inattendue dans un clip religieux

·1 min de lecture

C’est un fait qui s’est un peu plus confirmé ces derniers mois : Jean-Marie Bigard est toujours là où on ne l’attend pas. Bien sûr, l’humoriste n’a jamais cessé de dessiner les contours du personnage sulfureux qu’il s’est créé au fil des années. Mais récemment, le papa de Bella et Jules a opéré un changement radical. S’il a toujours étrillé les politiques, faisant fi de la bienséance dans ses spectacles, cette année, Jean-Marie Bigard s’est dressé contre les institutions avec perte et fracas. Et à ce jeu-là, tout y passe : Emmanuel Macron, la crise du coronavirus, les mesures sanitaires mises en place… Tout est sujet à controverse. Une propension à s'indigner qui lui a d'ailleurs valu bien des revers de fortune. Mais en cette fin d’année épuisante, Jean-Marie Bigard a, semble-t-il, décidé d’apaiser son coeur.

Difficile à croire, et pourtant : Jean-Marie Bigard, roi du blasphème et de la vanne potache, a participé à un projet dans le cadre du spectacle Emotions sacrées, qui mêlera « lectures de textes directement religieux ou d'inspiration chrétienne et chants lyriques » nous apprend BFM TV.

Si le spectacle devrait se jouer dans les cathédrales et églises au cours de l’année 2021, l’humoriste de 66 ans a d’ores et déjà prêté sa voix au projet pour les besoins d’un clip vidéo baptisé Ave Maria, posté ce jeudi 24 décembre sur YouTube. On peut ainsi l’entendre lire un texte de Jean-Paul Sartre, extrait du livre Bariona. « La Vierge est pâle et elle regarde l’enfant. Ce qu’il faudrait (...)

Lire la suite sur le site de Voici

La France a un incroyable talent : la famille Lefèvre rétablit la vérité face à une rumeur persistante
Jane Birkin : son terrible et dernier souvenir de sa fille Kate Barry
Jean-François Piège en difficulté financière : il a été bouleversé par les mots de son fils de 5 ans
PHOTOS Nabilla partage son hilarante dégustation d'huîtres sur Instagram
Cauet pousse un énorme coup de gueule contre les Français et se moque d’Emmanuel Macron