Jean-Luc Reichmann : son souvenir attendri de sa rencontre avec Roger Hanin

Léo Mattéï est un véritable carton de puis 7 ans sur TF1. Mais avant de tenir le premier rôle dans une série, Jean-Luc Reichmann avait déjà essayé de percer en tant que comédien dans un autre feuilleton à succès de TF1, il y a de cela 30 ans. Une période compliquée pour le présentateur des 12 Coups de midi, puisqu'il a enchaîné les refus. Mais en 1991, il a réussi enfin à décrocher un rôle dans la série phare du moment : Navarro. Il devait alors donner la réplique à Roger Hanin, la vedette du feuilleton. "Roger Hanin, c'était totalement étonnant ! C'est mon premier rôle dans une fiction donc tu t'imagines, explique d'abord à Nikos. Je fais tout un nombre de casting, ça ne marche pas énorme. Et là on m'appelle pour faire une tueur, mais vraiment un tueur," raconte-t-il alors à Nikos qui le recevait ce samedi 27 juin dans 50' Inside.

Un premier rôle face à Roger Hanin

Look typique des années 90', cheveux longs et imperméable extra-large, Jean-Luc Reichmann alors âgé de 30 ans, menace Navarro (incarné par Roger Hanin) avec une arme à feu, dans l'extrait dévoilé par Nikos. Mais le rôle est vraiment très court puisque le tueur est immédiatement tué. Mais Jean-Luc Reichmann se souvient alors de la gentillesse et de la disponibilité de son partenaire à l'écran, bien que ce ne fût qu'un petit rôle.

"Je lui donne la réplique et au bout d'un moment, on n'a plus besoin de Roger Hanin. Donc l'équipe technique... Je ne suis rien, je ne suis personne pour Roger Hanin, je suis un figurant, c'est

Retrouvez cet article sur Télé 2 semaines

Le Tueur du lac (TF1 Séries Films) : pourquoi il faut revoir la série policière ?
La Soupe aux choux : affaibli, Louis de Funès a influencé le tournage du film
Plus belle la vie : tout ce qui vous attend pour son retour sur France 3
Brune Poirson agacée sur CNews, elle interpelle Laurence Ferrari : "J'aurais dû venir avec une paire de couilles !" (VIDEO)
Jean-Pierre Pernaut énervé par les fêtes des candidats aux municipales : "fini les masques, collé-serré, plein de bisous..."