Jean-Luc Reichmann dépité : "depuis un an je n'ai pas embrassé mes enfants”

·1 min de lecture

S’il est finalement assez simple de ne plus serrer la main de celles et ceux que l’on rencontre au quotidien, ce n’est pas la même histoire quand il faut se retenir d’embrasser ses proches en cette période de crise sanitaire. Après des mois de disette affective, il est en effet pénible de résister à l'envie d'étreindre ses proches. Mais par amour pour ses enfants, Jean-Luc Reichmann se retient de les enlacer depuis le début de la pandémie. Et cela, même si le père de famille commence à trouver le temps long, comme il l’a expliqué dans les colonnes du Journal du dimanche, paru en kiosque ce dimanche 18 avril. “Imaginez que depuis un an, je n’ai pas embrassé ni pris mes enfants dans les bras par respect des règles sanitaires”, s’est-il désolé.

Pour compenser les accolades, Jean-Luc Reichmann et sa petite tribu s’offrent d’autres petits plaisirs de la vie : un brunch le dimanche matin. Au menu, des œufs à la coque accompagnés de mouillettes préparés avec amour. “Dans la période que nous traversons, la moindre source d'émotion, d'affection, de transmission, est précieuse”, a expliqué l’animateur, toujours dans les pages du journal. Alors, l’acteur et producteur de la série Léo Matteï ne se refuse aucun bonheur, du moment qu’il ne met pas en danger ses six enfants.

Jean-Luc Reichmann a beau prendre toutes les précautions possibles et inimaginables en cette période de crise sanitaire, sa prudence ne l’a pas éloigné d’une contamination au virus. Invité de l'émission de Pascal Nègre sur (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Marianne Faithfull sur sa terrible expérience de la Covid-19 : "Je ne me rendais pas compte"
Marnes-la-Coquette : un "village de stars", "un ghetto de riches" mis en lumière par Johnny
PHOTO - Arthur attendri : la jolie photo de ses enfants ultra complices
PHOTO - Jean-Luc Reichmann pose avec sa mamie vaccinée (et oublie les gestes barrières)
La reine Elizabeth II avait caché un objet symbolique et déchirant dans son sac...