Jean-Luc Mélenchon quitte l’Assemblée : retour sur trente ans de mandats parlementaires

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
JEAN LUC MELENCHON SENATEUR
JEAN LUC MELENCHON SENATEUR

« Le peuple qui ne vous a jamais élu, Jean-Luc Mélenchon, enfin à des élections directes ». Cette erreur commise en direct sur Europe 1, par le journaliste, Nicolas Demorand, est restée dans les annales. Surtout l’échange tendu qui en suivit.

Nous sommes début 2011. Le leader du jeune Parti de Gauche s’agace des accusations de populisme à son encontre. Il se défend et estime être l’un des rares véritables représentants du peuple. Le journaliste croit alors trouver la faille et minimise la légitimité d’une élection sénatoriale, oubliant les autres mandats de Jean-Luc Mélenchon. Mal lui en a pris.

Jeudi, Jean-Luc Mélenchon a confirmé qu’il ne se représenterait pas à la députation dans les Bouches-du-Rhône. Il laisse sa place à son directeur de campagne, Manuel Bompard et met ainsi fin temporairement ou définitivement à une très longue carrière de parlementaire.

Plus jeune sénateur de la Ve République

En septembre 1986, le jeune Mélenchon est le premier secrétaire fédéral du parti socialiste dans l’Essonne. Il est aussi conseiller municipal de Massy et conseiller général. Le maire de Massy impose Jean-Luc Mélenchon à l’élection sénatoriale alors qu’à une semaine près, il n’avait pas l’âge requis pour être sénateur, 35 ans à l’époque.

Deux jours après son élection qui fait de lui le plus jeune sénateur de la Vème République, il déclare à Libération : « Je suis pourri d’ambition, et ce mandat, je l’ai voulu pour faire enfin de la politique sur des thèmes aigus, qui demandent du temps et de la durée ».

Et au Sénat, Jean-Luc Mélenchon va durer. Réélu 2 fois, il passera plus de 18 ans au Palais du Luxembourg pour seulement 11 questions d’actualité au gouvernement. Il semble préférer les questions écrites. Il en rédigera plus de 500. Il déposera aussi sur son nom, neuf propositions de loi, un bilan plutôt modeste. Lors de la cession 2008/2009, ses deux derniers textes déposés (...) Lire la suite sur Public Sénat

Guillaume Lacroix (PRG) refuse l’accord NUPES : « Il aurait fallu abjurer 30 ans de vie politique »

Pour l’eurodéputé Marc Botenga « les traités européens actuels sacralisent les libertés économiques »

Jacques Attali : Quand l’histoire d’une famille rejoint l’Histoire

Michel Barnier : « On a eu tort de ne pas suffisamment parler aux citoyens qui ont choisi de voter Emmanuel Macron »

Législatives : quelle est la valeur des chartes qu’imposent les partis à leurs candidats ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles