Jean-Luc Mélenchon promet «la bataille générale» et «un compte à rebours» avant dissolution

© NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Après deux mois d'absence, Jean-Luc Mélenchon  n'a pas abandonné la conflictualité : depuis la Drôme et ses "amphis d'été", il a promis pour la rentrée politique "la bataille générale" face au gouvernement, et a estimé qu'un "compte à rebours de la dissolution" de l'Assemblée était enclenché. Il n'est plus député et n'a pas participé à la session parlementaire de juillet, mais Jean-Luc Mélenchon garde la main chez les Insoumis. Dans un point presse improvisé et qui a éclipsé médiatiquement le débat entre le ministre Clément Beaune et la députée européenne Manon Aubry, le troisième de la présidentielle (22%) a promis au gouvernement "la bataille générale" à la rentrée.

LFI, première opposition

En effet, à ses yeux "le gouvernement a décidé d'être frontal" en s'apprêtant "à gouverner à coup de 49-3" sans majorité absolue dans une Assemblée morcelée. Mais comme "les dernières législatives de juin ne sont pas conformes à l'état du pays", "la vie politique française est un compte à rebours vers la dissolution" de l'Assemblée nationale et de nouvelles élections. Pendant que se déroulait le débat entre Clément Beaune et Manon Aubry, qui a succédé, dans l'amphi principal de l'université d'été, à celui entre la ministre Marlène Schiappa et le député Alexis Corbière. Deux temps forts pour montrer que LFI est la première opposition.

Plus tôt à la mi-journée, Manuel Bompard, député et directeur des campagnes de LFI, a déclaré que les "trois sujets de la rentrée sont l'urgence climatique...


Lire la suite sur Europe1