Jean-Luc Mélenchon se paie Le Figaro en rendant hommage au Gorafi

Ambre Lefèvre
Jean-Luc Mélenchon se paye Le Figaro en rendant hommage au Gorafi.

POLITIQUE - La réplique n'a pas tardé. Ayant fait la une des journaux et des sites ces derniers jours grâce à sa remontée dans les sondages, Jean-Luc Mélenchon s'est amusé de la situation lors de son meeting à Lille mercredi 12 avril. Il a particulièrement ciblé Le Figaro, pour ses titres très critiques.

"Je veux féliciter les hackers du Gorafi qui ont réussi à s'emparer de la une du Figaro", a déclaré le leader de la France Insoumise avec ironie, après avoir demandé à son public de rire plutôt que de siffler. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, Jean-Luc Mélenchon en a ensuite profité pour tacler l'indépendance du journal de Serge Dassault.

"Vous allez cracher du sang"

Mais celui qui jouit d'une belle dynamique dans les intentions de vote ne s'est pas attaché à fustiger uniquement la presse. Il a également critiqué - violemment - les programmes de ses adversaires directs, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et François Fillon, avec cette phrase: "si vous élisez ces trois-là, vous allez cracher du sang."

"Je veux vous mettre en garde pour que vous compreniez la catastrophe qu'ils sont en train d'organiser", a poursuivi le candidat, affirmant porter "un discours moral sur la vie: nous ne sommes pas d'accord pour que le principe ce soit: 'accumule tant et plus, profite et tais-toi!'".

Les réunissant tous les trois en un "ils" général, il a également reproché à ses concurrents leur "indifférence en béton armé à la nature", estimant que c'est parce qu'aucun d'entre eux ne prévoit de sortir du nucléaire alors que lui a mis cette mesure au coeur de son programme.

"Il va falloir être poli, Monsieur Macron"

Il est cependant un candidat qui a eu droit à un traitement de faveur: Emmanuel Macron que Jean-Luc Mélenchon aimerait doubler dans la dernière ligne droite avant le premier tour. "Monsieur Macron, je suis disposé à avoir les relations les plus charmantes avec vous, mais M. Macron, il va falloir être poli", a-t-il lancé. Et l'ancien socialiste de...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages