Jean-Luc Mélenchon lance un "comparateur de programmes" en vue de la présidentielle de 2022

C.M.
·2 min de lecture
Jean-Luc Mélenchon lors d'une conférence de presse de voeux, le 14 janvier 2021 à Paris - Bertrand GUAY © 2019 AFP
Jean-Luc Mélenchon lors d'une conférence de presse de voeux, le 14 janvier 2021 à Paris - Bertrand GUAY © 2019 AFP

"C'est une nouvelle étape de ma campagne", a affirmé Jean-Luc Mélenchon, au cours d'une conférence de presse mercredi dans son QG de campagne, à Paris Xe.

Candidat déclaré de La France insoumise (LFI) à la présidentielle, le député des Bouches-du-Rhône a lancé un "comparateur de programmes" pour 2022 pour comparer ceux des futurs candidats, des partis politiques, syndicats ou autres plateformes à ses propres propositions et permettre ainsi d'"éclairer le débat".

"Nous discuterons des programmes de tout le monde, à condition qu'il y en ait, des plateformes de tout le monde", a-t-il ajouté, son but étant que les électeurs "arrivent à comparer" pour "ne pas seulement croire le dernier qui a parlé". "On veut ressusciter une sorte d'engouement pour les solutions", c'est "un comparatif pour éclairer le débat".

Les propositions de 12 plateformes déjà répertoriées

Le site www.noussommespour.fr/comparateur affiche déjà les propositions de 12 plateformes: celles de La France en commun d'Anne Hidalgo, la maire PS de Paris, Les Républicains (LR), La République en marche (LaREM), Yannick Jadot (EELV), la Convention citoyenne pour le climat, L'Engagement (Arnaud Montebourg) ou encore Directives du peuple (revendications des gilets jaunes).

Le comparateur liste les "convergences" entre les propositions des uns et des autres avec celles de l'Avenir en commun (AEC), plateforme programmatique de Jean-Luc Mélenchon, leurs "désaccords", ainsi que tous les points soulevés par AEC mais ne figurant pas dans les programmes concurrents.

"Nous sommes plus allants que les autres", s'est réjoui Jean-Luc Mélenchon. "Je fais ce que je peux pour être identifié à un programme".

Comparer les programmes est "un énorme boulot, on fait le travail à votre place", a-t-il également lancé aux journalistes, "mais ce n'est pas parce qu'on le fait que vous êtes dispensés de le faire".

Favoriser des alliances

Selon Eric Coquerel, député LFI de Seine-Saint-Denis et responsable des relations avec les autres partis, ces comparaisons doivent "permettre de vérifier ce qu'on peut faire ensemble. "Nous acceptons tous les cadres de discussion", a-t-il ajouté, à l'attention des autres formations de gauche.

Interrogé sur le revenu universel, défendu notamment par Génération.s, Jean-Luc Mélenchon a mis "en garde contre" un tel revenu, qui "viendrait se substituer aux minima sociaux". "On est prêts à en discuter" mais "un crayon à la main", a-t-il dit.

Le candidat de La France insoumise a prévu de présenter son programme définitif à l'automne, après une révision ouverte fin janvier à contributions publiques.

Article original publié sur BFMTV.com