« Jean-Luc Mélenchon est disqualifié pour être Premier ministre », la charge de Carole Delga

Jean-Luc Mélenchon Premier ministre ? Ils disent « Non, merci ».

L’acte de candidature du leader insoumis, qui a indiqué hier sur France 2 qu’il ne « s’imposait pas mais ne s’éliminait pas » des prétendants à Matignon, si l’éventuelle alliance de la gauche venait à remporter les législatives anticipées, a déplu à certains ténors socialistes.

La présidente de la région Occitanie Carole Delga, « favorable à un nouveau Front populaire qui peut incarner un nouvel espoir pour le pays », s'oppose fermement à cette éventualité. Même si La France insoumise dispose du groupe le plus important à l'Assemblée. « Jean-Luc Mélenchon n’a cessé de conflictualiser le débat public depuis deux ans, ce qui a beaucoup discrédité sa parole et, au-delà, la gauche, éclaire-t-elle auprès de Paris Match. L’enjeu des législatives est clair : empêcher l’extrême droite de conquérir le pouvoir. Pour cela, il faut convaincre les Français de voter pour la seule alternative au RN et au macronisme que constitue une gauche rassemblée. Cela nécessite de rassembler largement sur la base des valeurs républicaines et d’un projet crédible et cohérent, en montrant notre volonté d’apaiser le débat public. Il faut être donc lucide sur qui peut l’incarner. »

Raphaël Glucksmann doit occuper une place centrale dans les discussions qui sont en cours et dans cette campagne

Carole Delga

La présidente de la région Occitanie égratigne aussi au passage certaines déclarations passées d'autres figures de la gauch...


Lire la suite sur ParisMatch