Jean-Luc Mélenchon, un "danger" : Malaise au sein de la rédaction de "Challenges" après sa dernière Une

Une partie de la rédaction vent debout. Dans un communiqué de la Société des journalistes (SDJ) de "Challenges" mercredi en interne, consulté par "Libération", des membres de la rédaction ont fait part de leur malaise concernant la dernière Une du magazine économique. En kiosques depuis hier, cette Une affiche en énorme le mot "Danger", avec une photo de Jean-Luc Mélenchon, et une liste des risques supposés en cas de victoire de la Nupes aux élections législatives.

"4,20 euros pour accéder à ce régal de l'esprit"

Hier, le chef de file de la France insoumise a réagi sur son compte Twitter à la Une du journal : "Tout en finesse et argumentation pour un débat démocratique sans agressivités. Une punition : 4,20 euros pour accéder à ce régal de l'esprit".

Cette première page reprend le modèle d'une ancienne Une, datée du 13 avril. Consacrée à Marine Le Pen, elle était également estampillée "Danger" et accompagnée cette fois de la liste suivante : "Déficit : +100 milliards. Europe disloquée. Institutions menacées. Xénophobie rallumée".

"La SDJ condamne ce passage en force et ce choix éditorial"

Dans son communiqué, la SDJ de "Challenges" a dénoncé un "passage en force" de sa direction. "Le 1er juin, un large consensus s'était pourtant exprimé au sein de la rédaction, y compris dans les rangs de la rédaction en chef, contre le choix de cette couverture. L'exacte similitude de ces deux couvertures porte à...

Lire la suite


À lire aussi

"Choquée", la rédaction de "Paris Match" désavoue son directeur après un éditorial pro-Sarkozy
"Tu sais twerker ?" : Malaise après une remarque de Martin Solveig à la lauréate du Ballon d'or féminin
"Affaire Théo" : Malaise à Europe 1 après un sketch de Nicolas Canteloup

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles