Jean-Luc Mélenchon appelle la NUPES à former un seul groupe à l'Assemblée nationale

POLITIQUE - Et si l’union de la gauche se réalisait aussi sur les bancs de l’Assemblée nationale? Voilà le vœux formulé ce lundi 20 juin par Jean-Luc Mélenchon au lendemain du second tour des élections législatives, actant la déroute du parti présidentiel et la progression surprise du Rassemblement national.

“Je me permets de faire une proposition (...) Nous devons être et rester une alternative unie. Autrement dit, la NUPES devrait se constituer comme un seul groupe au Parlement, de manière à ce que, sans aucune discussion possible, il soit établi qui mène l’opposition dans le pays”, a déclaré le chef de file de la France insoumise.

MISE A JOUR

Moins de trente minutes après la déclaration de Jean-Luc Mélenchon, l’ensemble des partenaires de gauche ont dit non à cette proposition. Plus d’informations dans notre article.

Un appel qui vise clairement à empêcher le Rassemblement national de se revendiquer comme la première force d’opposition au Palais Bourbon. “Je pense que c’est un élément de clarification, d’ordre, dans le chaos qui s’annonce”, a poursuivi l’ancien député des Bouches-du-Rhône, évoquant l’idée de délégations pour représenter les différentes sensibilités, à l’image de ce qui existe au Parlement européen.

Un véritable test pour la coalition de gauche, puisqu’il était admis dans l’accord que chaque formation dispose de son propre groupe au Palais Bourbon, et que les propositions communes soient portées par un intergroupe. Un fonctionnement perçu alors comme un gage d’autonomie accordé aux différentes sensibilités de la coalition.

Raison pour laquelle certains accueillent fraîchement cette proposition. Ancienne présidente du groupe PS à l’Assemblée nationale, Valérie Rabault “s’oppose” à ce groupe unique. “La gauche est plurielle, elle est représentée dans sa diversité à l’Assemblée. C’est une force au service du peuple français. Vouloir supprimer cette diversité est une erreur”, a tweeté la députée de Tarn-et-Garonne.

Selon BFMTV, les trois autres formations de la NUPES refusent catégoriquement cette option: “nous avons des groupes, et un intergroupe pour nos positions communes. La réponse est non”.

À voir également sur Le HuffPost: Après les législatives, les appels à la démission d’Élisabeth Borne se multiplient

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles