Jean-Luc Brunel accusé d'avoir été l'un des "principaux pourvoyeurs" de mineures à Epstein selon Mediapart

Anthony Berthelier
Jean-Luc Brunel est soupçonné d’avoir repéré des jeunes femmes pour le financier américain Jeffrey Epstein.

JUSTICE - Comme on pouvait s’y attendre, le séisme de la mort de Jeffrey Epstein provoque des secousses jusqu’en France. Et la première d’entre elles pourrait bien concerner Jean-Luc Brunel, le patron de la célèbre agence de mannequins MC2.

Dans une enquête publiée ce mardi 13 août, Mediapart cible effectivement le septuagénaire comme l’un des “principaux pourvoyeurs” d’adolescentes à Jeffrey Epstein, accusé d’avoir sexuellement abusé de nombreuses jeunes filles mineures. Car si le financier, ancienne figure de la jet set, devenu l’un des détenus les plus en vue du pays s’est apparemment suicidé dans sa cellule, la justice jure qu’elle continuera a traquer ses complices.

Et depuis son inculpation début juillet, les noms de plusieurs de ses puissants amis ont émergé dans les documents judiciaires et les médias. Si aucun n’a été inculpé, ils risquent désormais de se retrouver au cœur de l’enquête que le procureur fédéral de Manhattan a promis de continuer. Bill Clinton, Donald Trump, le Prince Andrew ou encore Leslie Wexner sont les noms les plus cités par la presse américaine.

“Un des principaux pourvoyeurs de filles”

En France, une personne semble attirer toutes les attentions: Jean-Luc Brunel. Alors que de nombreuses militantes féministes -et deux ministres- réclament avec force l’ouverture d’investigations dans l’Hexagone à la vue des très nombreuses ramifications internationales de cette affaire, Mediapart publie une enquête et deux témoignages révélant la place prépondérante qu’aurait occupée Jean-Luc Brunel dans le “système” pédophile mis en place par le financier.

Le média d’investigation a notamment pu consulter plusieurs témoignages de Virginia Giuffre, une des principales accusatrices de Jeffrey Epstein, datant de 2011 et 2015. Celle qui dit avoir été maintenue sous son emprise en tant “qu’esclave sexuelle” entre 1999 et 2002 aurait notamment indiqué à ses avocats avoir entendu le financier se féliciter d’avoir fait venir de France “deux jolies filles de 12...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post