Jean Lassalle visé par une plainte de Renaud Dély après l'avoir traité de "chien"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Journalist Renaud Dely Photographed in PARIS (Photo by Eric Fougere/VIP Images/Corbis via Getty Images) (Photo: Eric Fougere via Getty Images)
Journalist Renaud Dely Photographed in PARIS (Photo by Eric Fougere/VIP Images/Corbis via Getty Images) (Photo: Eric Fougere via Getty Images)

Journalist Renaud Dely Photographed in PARIS (Photo by Eric Fougere/VIP Images/Corbis via Getty Images) (Photo: Eric Fougere via Getty Images)

JUSTICE - “C’est un chien, c’est un chien. Il n’a pas le droit de dire ce qu’il a écrit”, avait déclaré le candidat à la présidentielle Jean Lassalle le 6 avril. Dimanche 8 mai, le journaliste à qui il s’adressait, Renaud Dély, a indiqué sur Twitter qu’il avait porté plainte.

“Pour information, et parce que la question m’a été posée, j’ai, bien entendu, déposé plainte pour ‘injure publique’ à l’encontre de M. Jean Lassalle après les violentes insultes qu’il a proférées à la télévision à mon endroit à plusieurs reprises, les 6 et 12 avril”, a écrit le journaliste politique sur le réseau social.

Le 5 avril dernier, lors d’un édito politique dans la matinale de franceinfo, Renaud Dély qualifiait Jean Lassalle de “porte-parole du complotisme des champs”, le comparant au leader du parti Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan.

Dérapage sur franceinfo

Ces propos ont déclenché la colère du député des Pyrénées-Atlantiques. Dès le lendemain dans l’émission Votre Instant Politique diffusée sur franceinfo,il s’emportait: “Je veux dire simplement à Renaud Dély que je regrette profondément ce qu’il a écrit même si c’est franceinfo”, lance-t-il. “C’est un chien, c’est un chien. Il n’a pas le droit de dire ce qu’il a écrit. Et je le dis à Jean Quatremer aussi. Ça, ce n’est pas de la politique”.

“Comment me connait-il cet homme-là pour porter des jugements aussi graves? Ce n’est pas digne”, tempête-t-il encore en tapant sur la table, tandis que Gilles Bornstein coupe court à ce dérapage. Par la suite, la chaîne du groupe France Télévisions a “condamn(é) vivement” ces insultes.

Quelques jours plus tard sur TPMP, Jean Lassalle récidive: “Cet homme qui ne me connaît pas, de quel droit me traite-t-il de complotiste des champs? Est-ce que c’est le rôle d’un journaliste? (...) Si c’est pour insulter des types que tu ne connais pas, il vaut mieux que le chien rentre à la niche.”

Jean Lassalle, arrivé en 7e position au premier tour de l’élection présidentielle du 10 avril avec 3,13% des voix, a annoncé qu’il ne se présenterait pas aux législatives pour briguer un nouveau mandat de député. Toutefois ce lundi 9 mai, son frère Julien a annoncé qu’il serait candidat pour lui succéder.

À voir également aussi sur le Huffpost: Ces plans de coupe ont régalé le public de France 2 pendant la soirée électorale

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles