Jean Lassalle : le Conseil constitutionnel saisi après sa spectaculaire abstention

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© GAIZKA IROZ / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"Pour la première fois de ma vie d'homme, ici dans cette mairie, je vais poser l'un des actes les plus importants de ma vie. Je refuse de participer à ce vote, je m'abstiens ", a déclaré Jean Lassalle ce dimanche, avant de retirer le bulletin de l'enveloppe et de quitter le bureau de vote du village de Lourdios-Ichère, dans les Pyrénées-Atlantiques, dont il a été maire de 1977 à 2017. La scène a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux du candidat à l'élection présidentielle .

 

>> LIRE AUSSI - «On a toujours besoin d'un plus petit que soi» : Lassalle au chevet du PS, de LR et d'EELV

 

 

Puisque l'article R48 du code électoral interdit "toutes discussions et toutes délibérations des électeurs à l'intérieur des bureaux de vote", la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale en vue de l'élection présidentielle (CNCCEP) a saisi le Conseil constitutionnel, d'après une information de Franceinfo.

Que risque Jean Lassalle ?

Lorsqu'il est sorti du bureau de vote, Jean Lassalle s'est déclaré "conscient" des risques qu'il prenait et a assuré qu'il en assumerait les conséquences. Son geste a donc été consigné dans le procès-verbal du bureau de vote. "Aujourd'hui, j'entre dans une forme de maquis politique", s'est-il justifié. D'après les informations recueillies par Franceinfo, le Conseil constitutionnel se prononcera mercredi sur les éventuelles conséquences de cet acte, au moment où il rendra son avis sur l'ensemble de l'élection présidentielle qui s'est ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles